bienveillance

Isabelle Filliozat, « Il me cherche », comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans.

il me cherche filliozatVoici un bouquin de parentalité positive facile d’accès, pratique et très honnête, d’un point de vue intellectuel.

J’ai aimé:

  • la présentation claire, ritualisée, par tranche d’âge et l’alternance fille/garçon dans les points de vue.

  • les nombreux outils et pistes de réflexion proposés

  • les cas très concrets.

1. Le sujet: comprendre ce qui se passe dans le cerveau de nos enfants entre 6 et 11 ans,

à la lumière des neurosciences, de la psychologie et dans l’esprit de l’éducation positive.

Vaste programme ! 🙂

Parenthèse (à zapper si vous êtes pressés !): J’admire les parents naturellement bienveillants, empathiques et totalement intuitifs avec leurs enfants. Même si c’est ce vers quoi je tends, je suis encore loin de cet idéal et comme, parfois, l’intuitif ne suffit pas, des livres comme celui-ci m’aident grandement. Et oui ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, même si je les ai conçus, portés et mis au monde, il m’arrive de ramer pour arriver à comprendre certaines des réactions de mes enfants. Plutôt que de rester seule dans mon coin avec mes interrogations, je lis et je papote avec d’autres parents câblés éducation positive. Chacun son truc pour trouver une voie sur le chemin de la parentalité. Celle-ci est la mienne et je partagerai avec vous mes coups de coeur. On ne sait jamais: ça peut servir.

Le sommaire plante le décor. Vous y trouverez de nombreux comportements de l’enfant de 6 à 11 ans et toutes les réjouissances qui peuvent aller avec.

Extrait: elle fait sa crise; il est agressif; il se met en rage à la moindre frustration; il est tout le temps collé à moi; ils ne racontent jamais rien; elle veut toujours gagner; elle raconte des histoires à dormir debout; il fait pipi au lit; il veut toujours manger la même chose et ne se montre difficile qu’avec sa mère; elle jette ses affaires n’importe où, etc…

Face à cette avalanche d’énigmes que sont pour nous, certaines réactions de nos enfants, Isabelle Filliozat propose de nous aider mais attention ! Elle se défend d’être un gourou qui détiendrait la science infuse. Non ! Comme toute personne pétrie de bienveillance, elle propose une multitude de pistes et de conseils qui ne sont pas exhaustifs et qui  peuvent nous apporter des (débuts de) solutions. À nous de prendre ce qui convient à chacun de nos enfants.

Parmi les outils, elle rappelle les principes de la théorie de l’attachement, nous donne 10 étapes possibles pour résoudre une situation problématique, apporte un éclairage sur les principaux facteurs de stress qui peuvent conduire à des réactions excessives.

(suite…)

Le chevalier des temps modernes !

chevalier des temps modernesGros coup de coeur des enfants et moi pour une vidéo diffusée sur Facebook via les Octofun, cette semaine !

Pourquoi ?

1/ Ça parle d’un chevalier.

2/ Ce chevalier s’adresse à tous les apprentis chevaliers des temps modernes: Identification et empathie immédiate de mes garçons !

3/ Les images sont simples et la voix du narrateur est calme et captivante, à la fois.

4/ L’animation reprend le code chevaleresque traditionnel qu’ils connaissent bien grâce à la lecture des légendes arthuriennes et des documentaires sur la chevalerie.

OUI MAIS…………..

ici, l’épée, le bouclier, la quête et la règle ne sont plus vécus sur le mode guerrier, brutal, conquérant. Et non ! On n’est plus au Moyen Âge tout de même ! Chacune de ces composantes du code chevaleresque est donc revue et corrigée pour s’inscrire dans une optique relationnelle positive, bienveillante et pacifique.

L’apprenti chevalier apprend donc à mesurer la portée de ses mots (« qui comme l’épée peuvent être à double tranchant »), à faire bon usage de son bouclier (l’estime de soi et la confiance en soi, acquises dès les premières années grâce à son entourage le plus proche!), à poursuivre une quête (la recherche de la vérité qui mène au savoir plutôt que la croyance qui mène à des embrouilles, des imbroglios et donc rendent malheureux inutilement) et à respecter une règle (faire toujours de son mieux!).

Et j’avoue avoir adoré la présentation de cette règle qui là encore détricote les connotations liées à ce « fais de ton mieux ». Au lieu de considérer que la capacité de l’enfant à faire de son mieux est toujours égale et pré-déterminée, cette vidéo met l’accent sur les multiples facteurs qui influencent et font varier cette capacité: fatigue, hormones en vrac, soleil, pluie, pêche d’enfer, etc… Bref, « le mieux d’aujourd’hui peut être différent de celui d’hier! ».

Un vrai concentré de communication positive, juste et donc pacifique. Un relationnel qui n’élude pas les problèmes, les situations conflictuelles mais donne des clés et une voie à suivre pour les désamorcer, les résoudre et faire en sorte qu’ils soient de moins en moins nombreux sur sa route de chevalier des temps modernes.

Cette nouvelle ère de la chevalerie me met fort en joie et mes apprentis en chevalerie relationnelle ont décidé de faire leur ce nouveau code.

Alors, jouvenceaux et jouvencelles, prêts pour une plongée dans le monde de la chevalerie revu et corrigé à la sauce bienveillante ?