Ballerina

Ballerina

img_0120

S’il n’y avait qu’un seul dessin animé à voir au cinéma ce mois-ci, ce serait celui-ci sans hésitation aucune.

Ce fut notre gros coup de coeur à l’unanimité et je n’ai pas de danseuse à la maison mais deux garçons (7 ans et presque 9 ans) passionnés de foot, de rugby et de gymnastique.

Le synopsis:

La France à la fin du 19e siècle et, en particulier, Paris. Deux orphelins d’une dizaine d’années, Félicie et Victor, qui ont grandi ensemble et ne rêvent que d’une chose: s’enfuir de l’orphelinat pour réaliser leurs rêves: devenir danseuse, pour Félicie, inventeur, pour Victor.

img_0126

Ces deux inséparables réussiront à échapper à ce carcan qui les empêche d’être ce qu’ils sont réellement. Arrivés à Paris, ils vont être confrontés à une série de rencontres déterminantes et de péripéties haletantes qui peu à peu  les feront évoluer vers ce destin auquel ils ont toujours cru.

Les raisons de notre coup de coeur:

Les deux personnages principaux sont très attachants et ont une personnalité complexe et profonde comme on pourrait s’y attendre dans un film mais beaucoup moins dans un dessin animé. Les personnages secondaires sont très forts également, d’Odette, l’ancienne danseuse handicapée suite à un incendie et obligée de faire le ménage chez l’odieuse Mme Le Haut, pour survivre, au maître de ballet strict, cassant et craint de tous mais au coeur juste et bon, en passant par le prétentieux et ridicule meilleur danseur de l’opéra et Camille Le Haut, odieuse petite bourgeoise à la technique irréprochable mais à l’expressivité froide et inexistante d’une huître.

Les émotions sont intenses: on rit, on s’insurge, on verse une larme, on frissonne, on saute de joie !

La force des idées véhiculées est marquante et positive: quel que soit le milieu d’où l’on vient et les cartes qui nous sont données à la naissance, on peut choisir sa vie, si peu que l’on ne cesse jamais de croire en ses rêves et que l’on poursuive ses aspirations profondes. L’importance d’une amitié sincère, de belles rencontres « fortuites », de l’écoute que l’on porte à sa petite voix intérieure façonnent notre chemin de vie. La ténacité, la détermination, la passion, le feu intérieur, la persévérance, l’attention à l’autre sont autant de valeurs qui parcourent ce film d’animation et auxquelles nous sommes sensibles.

Enfin, la reconstitution de Paris et de la campagne française (Bretagne) à la fin du 19e siècle est bluffante ! On voit la Tour Eiffel et la statue de la liberté en construction. On se balade dans les rues de Paris après les grands travaux haussmaniens et on s’extasie devant l’Opéra Garnier. On entend parler de Gustave Eiffel et de ses inventions. On découvre la vie d’un orphelinat, à cette époque.

Pour les amateurs de danse classique, tout le vocabulaire de la danse est présent à bon escient et les chorégraphies ont été pensées par les excellents Aurélie Dupont et Jérémie Bellingard.

Bref, petits et grands, filles et garçons, tout le monde y trouvera son compte. Si vous ne l’avez pas encore vu, courez-y ! C’est un excellent film d’animation qui va parfaitement bien avec l’esprit de Noël.

Ballerina, film d’animation franco-canadien d’Eric Summer et Eric Warin. Sortie: 14 décembre 2016.

Save