Anglais

« First concept » chez QED publishing: 4 beaux livres en anglais pour les petits.

Belle découverte, cette semaine, à la bibliothèque: Animal colours et Animal ABC aux éditions QED. Une ambiance vintage, cabinet de curiosités et Charlotte Mason pour ces imagiers en anglais à destination des petits.

Du beau à chaque page, à commencer par la couverture et son cadre qui rappellent les livres d’antan dorés à l’or fin. Les lettres majuscules sont tout droit sorties de la calligraphie médiévale et de l’art de l’enluminure, avec leurs ornements végétaux délicats.

qed-first-concept-3

Un bain de nature

Des animaux et des décors végétaux peuplent chaque page de ces imagiers pour aborder l’alphabet et les couleurs en anglais. De nombreux animaux sont connus des enfants mais d’autres au nom plus étrange et fascinant entreront dans leur univers comme « aardvark », « echnida », »hummingbird » ou encore « kookaburra ».

qed-first-concept-5 (suite…)

Publicités

Apprendre l’anglais avec la méthode François Gouin et Charlotte Mason

OuiUK vintage

      source

Cette méthode faite pour des élèves anglais désirant apprendre le français est parfaitement utilisable en sens inverse.

En effet, les séries conçues par François Gouin sont proposées en anglais et en français. Donc, si l’élève est français, il commence par la série en français pour aller progressivement vers la série en anglais. L’élève anglais, lui, fera le chemin inverse.

speaking French with Miss Mason and François

Pour avoir un peu plus d’informations sur François Gouin, Charlotte Mason et cette méthode, je vous propose cet article  du blog Une année avec Charlotte.

Apprendre une langue pour se relier aux autres

Ce que j’aime dans cette méthode que j’ai découverte il y a peu et que je commence juste à mettre en place, c’est le fait de pouvoir converser dans une langue étrangère assez rapidement. En effet, Charlotte Mason, pédagogue anglaise contemporaine de Maria Montessori, considérait que la langue était bien plus qu’un outil nous permettant d’aller acheter un ticket de bus ou une baguette de pain. L’intérêt premier est de se relier à d’autres familles ne parlant pas la même langue et créer ainsi des liens entre les êtres. Dans un esprit très victorien aussi, elle considérait que chaque individu est l’ambassadeur de son pays lorsqu’il converse avec des personnes originaires d’autres pays. Il se doit donc de véhiculer des idées, une culture, une capacité de raisonnement qui transmettront une image positive de son pays et le représenteront avec fierté et honneur.

(suite…)

Ressources pour apprendre l’anglais

 Angleterre 2

Maman française de 2 garçons immergés dans la langue et la culture anglaise, dès 8 mois, pour l’aîné, dès 11 mois, pour le cadet, je partage avec vous les ressources qu’ils ont aimées et qui les ont aidés à progresser en anglais.

Mais le gros de leur apprentissage oral s’est fait dans l’immense jardin-potager-verger de la crèche Reggio-Emilia (100% anglaise) où ils ont  passé des heures à courir, jardiner et inventer des jeux avec leurs copains, puis dans une pre-school Montessori.

Ils ont maintenant 8 et 6 ans et papotent dans les 2 langues aisément, même si des mélanges surprenants se produisent encore (* « Regarde à l’oiseau ! » qui est calqué sur la syntaxe angaise « Look at the bird. »,  ou encore * »la bleue voiture » qui rappelle « the blue car »).

Avertissement 1: la culture anglaise a élargi considérablement mes conceptions et mes pratiques en matière d’apprentissages. Partisane du beau et du travail tiré au cordeau, j’ai un peu (beaucoup!) dégringolé de l’armoire lorsque des livres de 1ères lectures « Spiderman » et « Star Wars » étaient disposés sur le sol de la classe pour la séance hebdomadaire de lecture parents/enfants organisée par l’école que fréquentent mes enfants. Après un « beurk » irrépressible et naturel, j’ai vite ravalé mes préjugés et me suis interrogée sur les fondements de mes exigences. Et là, c’est vis à vis de ma réaction 1ère que j’ai ressenti une gêne. Les belles images, les textes intelligents, riches en vocabulaire et en valeurs morales, c’est bien et c’est ce vers quoi il faut tendre MAIS pour ceux qui n’y sont pas sensibles ou qui le seront mais contraints et forcés, ils ne sont pas le vecteur adéquat pour leur faire aimer la lecture et qui plus est dans une langue étrangère. Mon credo est donc: tous les chemins menant à Rome, toutes les ressources sont bonnes pour mener à l’anglais !

Avertissement 2: Une langue vivante étant avant tout une langue parlée, le premier sens à mobiliser doit être l’ouïe et l’enfant doit être placé dans une situation active qui l’amène à parler. Le meilleur moyen pour apprendre bien et vite, vous l’aurez donc compris, c’est que l’enfant soit au contact d’autres enfants et adultes parlant la langue à apprendre.

L’immersion complète

afternoonteav1                                                                                                                  source

Solution 1: vivre dans un pays étranger pour apprendre la langue en question, c’est le plus efficace. Oui, mais bon, si on doit déménager dans chaque pays dont on veut apprendre la langue, ça peut vite devenir compliqué !

Solution 2: l’école bilingue qui propose des apprentissages en français tous les matins et des apprentissages en anglais tous les après-midi, ou un autre système d’alternance: 1 journée avec des profs francophones, la journée suivante avec des profs anglophones.

Solution 3: la jeune-fille (ou le jeune-homme) au pair anglophone qui JOUE avec les enfants dans sa langue, chaque jour, une ou deux heures. C’est fou ce que les enfants apprennent vite par le jeu ! Nul besoin de passer par des cours formels et du rabachage. Les automatismes et expressions s’installent naturellement et durablement.

Solution 4: faire copain-copine avec des voisins anglophones qui ont des enfants du même âge que les vôtres. Encore une fois, l’envie de communiquer étant la plus forte, les enfants savent trouver des ressources fantastiques pour communiquer et acquérir le vocabulaire dont ils ont besoin pour se faire comprendre. Le risque, c’est que le copain ou la copine anglophone s’adapte et parle en français en entendant votre enfant lui parler. C’est ce qui se passe avec mes enfants ! Lorsqu’ils sont avec des copains anglais, ils parlent en anglais; lorsqu’ils sont avec des copains français, ils parlent en français. Et lorsque je leur demande de parler français avec deux de mes élèves anglais au détour d’un jeu, ils ont du mal à rester sur le français si mes petits élèves répondent en anglais.

Si aucune de ces solutions n’est possible, pas de panique ! Il existe plein de supports très efficaces. Et puis, on est bien d’accord, le but n’est pas de devenir bilingue (ce sera le sujet d’un prochain article…il y a une sacrée différence entre maîtriser une langue et être bilingue !) mais de devenir à l’aise en anglais et d’avoir ainsi accès à une autre culture. Car il est bien là l’intérêt de découvrir une langue étrangère, à mon sens: créer des liens avec l’autre, s’immerger dans un quotidien différent du sien, lire des livres en anglais et goûter ainsi des subtilités, une atmosphère que la traduction ne peut reproduire, aussi bonne soit-elle, manger différemment, etc…

(suite…)

Les beaux imagiers d’Alain Grée pour débuter en anglais.

alain grée 4

Avec ce billet, j’inaugure une nouvelle série d’articles sur les livres pour enfants………en anglais !

Vivant depuis un peu plus de 7 ans en Angleterre, je me suis dit qu’il était grand temps de partager toutes nos découvertes livresques. Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ?

1- Mon aîné a 7 ans et demi et mon second, 6 ans. Avant de me lancer dans l’aventure d’un blog de façon régulière, j’ai fait du cocooning ultra-intensif. 🙂

2- Je me qualifierais de « smart but slow ». Donc, rédiger un article me prend du temps alors que pour beaucoup de bloggeuses, c’est réglé en 10 minutes.

3- Les découvertes se sont accélérées à une vitesse folle depuis que mes 2 garçons vont tous les 2 à l’école. Et à force de faire « WOW » à chaque séance de lecture partagée parents-enfants, à l’école, ou lors de nos nombreuses expéditions à la bibliothèque, je me suis dit que non, vraiment, non, ce n’était pas possible que les p’tits Français ne profitent pas de toutes nos découvertes !

4- Le projet de l’adorable Vic des blogs Le bonheur en famille et Vic’s secret garden m’a poussée à me bouger un peu. Vic, elle est un peu pour toi cette série qui s’intégrera dans une chronique plus large sur l’Angleterre. 😉

Aujourd’hui, on commence donc par le début: une série d’imagiers pour apprendre plein de vocabulaire.

Mais, attention, je ne vous ai pas réservé n’importe quels imagiers ! Ceux-ci sont illustrés par Alain Grée, le célèbre illustrateur français des années 60-70 que les éditions anglaises Button Books ont eu la bonne idée de remettre au goût du jour, dès 2012, en lançant toute une ligne de livres et « flash cards » absolument MAGNIFIQUES !

Les imagiers pour les plus petits: My first book of…

Alain Gré books (2)-800

numbers, colours, animals, nature, sounds, letters, vehicles.

Les +: des couleurs extraordinaires, des dessins vintage d’une qualité irréprochable et une simplicité dans la présentation qui plaît énormément aux enfants. Toutes ces qualités contribuent à une certaine clarté qui favorise la mémorisation rapide du vocabulaire.

Concernant l’imagier des animaux (My first book of animals), nous avons beaucoup aimé le classement choisi: « farm animals », « sea animals », « pets », « woodland animals »

La découverte en images, ci-dessous !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les imagiers pour les plus grands: Nature, Alphabet, Numbers, Transports, Colours, Seasons, Seaside, Exploring, The farm.

Là encore, les illustrations font tout le charme de ces ouvrages. Et les mises en scènes et en mots créent une atmosphère chaleureuse. L’imagier n’est plus seulement un recueil de mots secs mais un voyage thématique au cours duquel l’enfant suit les personnages.

Les + : un vocabulaire très riche (cf. les différentes parties d’une voiture in « Transports »), un grand format, l’intérieur de la couverture qui forme un poster à accrocher, les mises en scène thématiques, la grande qualité des illustrations.

La découverte en images, ci-dessous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour compléter les lectures, les petits jeux de cartes sont extras et d’une beauté qui incite à l’apprentissage. Ici et ici, pour découvrir toute la série plus en détails.

Pour info, Larousse a réédité ces imagiers en français et en cursive.

Enjoy your reading !