Parenting

Comment faire rentrer les cadeaux de Noël dans 2 valises cabine et 2 sacs à dos d’enfants ?

img_0183

Quand on vit à l’étranger et qu’on vient passer Noël dans la famille, la question logistique des cadeaux à faire rentrer dans les valises se pose rapidement.

Pour les cadeaux à faire, ce n’est pas un problème: on achète sur place, une fois arrivés, ou on fait livrer sur le lieu des festivités.

En revanche, c’est une autre paire de manches pour les cadeaux qui vont nous être offerts !

Pour prévenir déception et petits drames, nous avons pris les devants en prévenant amis et famille que tout devrait rentrer dans des bagages cabine (on est du genre à voyager léger et le moins de temps on passe à l’aéroport, le mieux on se porte !).

Faire minimaliste tout en faisant briller les yeux des enfants le jour de Noël 

Étant déjà dans une optique essentialiste depuis Noël dernier, les contingences de cette année nous ont amenés à poursuivre dans cette voie et ce n’est que du bonheur !

Nos enfants sont des fondus de sport, de jeux au grand air et de bouquins.

Alors, pour Noël, les garçons ont trouvé sous le sapin:

– 1 tenue de sport chacun

– des livres

– des cartes de foot

– un petit porte-monnaie en liège à accrocher à la ceinture avec des sous à l’intérieur

Opération « Noël minimaliste et heureux » réussie ! Les garçons ont eu ce dont ils rêvaient et ce qu’ils aiment profondément. Toute la matinée, ils ont joué au foot avec leur nouvelle tenue et ce soir, nous rigolerons aux éclats en lisant le dernier Cornebidouille. Les enfants auront hâte que leur papa commence à leur lire le tome 2 de la version illustrée d’Harry Potter, un rituel délicieux qu’ils avaient tellement apprécié avec le tome 1. Thomas explorera sûrement son livre Au fil des émotions tandis que  les Monsieur Madame jouent au football sera lu à deux voix par mes 2 lutins, le soir sous la couette, avant de sombrer, heureux, dans les bras de Morphée. Quant au Magicien d’Oz, il attendra que les enfants aient fini leur lecture d’Harry Potter.

Idées cadeaux pour globe-trotters minimalistes et heureux de l’être 

– des tenues de sport / des vêtements

– des livres / une liseuse / des ebooks

– un abonnement à un magazine

– une sortie (ciné, cirque, spectacle, restaurant…)

 – un bijou ou un accessoire (chapeau, écharpe, gants, broche)

– un soin du corps

Et vous, qu’avez-vous mis sous votre sapin ?

Save

J’ai décidé d’être une maman-jardinière plutôt qu’une maman-potier.

Ce matin, j’ai regardé cette vidéo d’Albert Dupontel et ses propos ont résonné si fortement en moi que je ne pouvais faire autrement que la partager et en extraire des bribes qui expriment ce que je pense ardemment.

« Tout est fait pour que l’individu ne se rencontre pas dans une vie.

Parce que s’il se rencontre, c’est terrible ! Il développe un sens critique; il développe un jugement. Et alors là, il est ingouvernable. Donc, que ce soient les religions, que ce soient les commerçants, que ce soient les politiques, ils n’ont aucun intérêt à ce que l’individu se trouve.

[…] dès l’âge de 2 ans, l’enfant est en théorie, statistiquement, devenu un consommateur. Si, en plus, on peut lui coller une religion dessus, c’est parfait.

[…] Ces trois valeurs dominantes font un mal de chien. L’individu n’est plus lui. Sans même s’en rendre compte, il est assujetti direct. […] La vraie éducation affective des gens qu’on aime, c’est de leur apprendre à se trouver eux-mêmes et donc à ne pas forcément écouter ce qu’on dit, y compris l’école. »

Entendons-nous bien, il n’est pas question d’anarchie ni de désobéissance pour le simple plaisir de désobéir mais d’exercice de sa pensée critique, d’expression spontanée de ses idées, de confiance en ce que l’on est profondément.

IMG_0879-800 (suite…)

Le blog « A mighty girl »: une mine de ressources pour les super filles !

En cette journée de la femme,  je souhaitais vous parler d’un blog que j’ai découvert en vivant en Angleterre et dont je voulais vous parler depuis longtemps: A MIGHTY GIRL.

a mighty girl

Mighty signifie « puissant », « super » et le verbe qui revient souvent sur ce site, c’est « empower » (valoriser,  donner à quelqu’un les moyens de faire quelque-chose).

Ici, pas de « contre » ou d’ « anti » masculin. Non, on est dans la logique anglo-saxonne ! On se concentre sur ce qui est positif, sur ce qui va contribuer à construire la personnalité des petites filles et des ados afin qu’elles deviennent des femmes bien dans leurs baskets et non polluées par nombre de clichés, d’idées reçues qui seraient un frein à la réalisation de leurs rêves, de leurs envies et de leur accomplissement tant personnel que professionnel.

C’est donc un véritable plaisir de se plonger dans la lecture de ce site que j’utilise de 3 façons différentes.

(suite…)

Isabelle Filliozat, « Il me cherche », comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans.

il me cherche filliozatVoici un bouquin de parentalité positive facile d’accès, pratique et très honnête, d’un point de vue intellectuel.

J’ai aimé:

  • la présentation claire, ritualisée, par tranche d’âge et l’alternance fille/garçon dans les points de vue.

  • les nombreux outils et pistes de réflexion proposés

  • les cas très concrets.

1. Le sujet: comprendre ce qui se passe dans le cerveau de nos enfants entre 6 et 11 ans,

à la lumière des neurosciences, de la psychologie et dans l’esprit de l’éducation positive.

Vaste programme ! 🙂

Parenthèse (à zapper si vous êtes pressés !): J’admire les parents naturellement bienveillants, empathiques et totalement intuitifs avec leurs enfants. Même si c’est ce vers quoi je tends, je suis encore loin de cet idéal et comme, parfois, l’intuitif ne suffit pas, des livres comme celui-ci m’aident grandement. Et oui ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, même si je les ai conçus, portés et mis au monde, il m’arrive de ramer pour arriver à comprendre certaines des réactions de mes enfants. Plutôt que de rester seule dans mon coin avec mes interrogations, je lis et je papote avec d’autres parents câblés éducation positive. Chacun son truc pour trouver une voie sur le chemin de la parentalité. Celle-ci est la mienne et je partagerai avec vous mes coups de coeur. On ne sait jamais: ça peut servir.

Le sommaire plante le décor. Vous y trouverez de nombreux comportements de l’enfant de 6 à 11 ans et toutes les réjouissances qui peuvent aller avec.

Extrait: elle fait sa crise; il est agressif; il se met en rage à la moindre frustration; il est tout le temps collé à moi; ils ne racontent jamais rien; elle veut toujours gagner; elle raconte des histoires à dormir debout; il fait pipi au lit; il veut toujours manger la même chose et ne se montre difficile qu’avec sa mère; elle jette ses affaires n’importe où, etc…

Face à cette avalanche d’énigmes que sont pour nous, certaines réactions de nos enfants, Isabelle Filliozat propose de nous aider mais attention ! Elle se défend d’être un gourou qui détiendrait la science infuse. Non ! Comme toute personne pétrie de bienveillance, elle propose une multitude de pistes et de conseils qui ne sont pas exhaustifs et qui  peuvent nous apporter des (débuts de) solutions. À nous de prendre ce qui convient à chacun de nos enfants.

Parmi les outils, elle rappelle les principes de la théorie de l’attachement, nous donne 10 étapes possibles pour résoudre une situation problématique, apporte un éclairage sur les principaux facteurs de stress qui peuvent conduire à des réactions excessives.

(suite…)

Les cadeaux de Noël en 5 verbes: jouer, lire, manger, regarder, se vêtir.

Au fil de mes pérégrinations sur le net, j’ai trouvé une idée qui m’a beaucoup plu et inspiré pour trouver les cadeaux de Noël de nos enfants, cette année, et qui deviendra, je pense, une de nos traditions familiales.

L’article en anglais se trouve ici. En voici, l’essentiel: Noël étant une fête qui célèbre les enfants, il est de coutume de leur offrir des cadeaux. Mais comment mettre du sens dans ce qui peut ressembler parfois à une avalanche de présents qui frise l’indécence ? Des familles ont trouvé 4 axes que je trouve géniaux !

dandee-designs.com

En français, ça donne:

quelque-chose que l’enfant VEUT

quelque-chose dont l’enfant A BESOIN

quelque-chose à PORTER

quelque-chose à LIRE

Ces axes sont particulièrement intéressants pour les familles nombreuses avec cousins, cousines, petits-neveux, nièces, etc…Demander à chacun de choisir son axe et attribuer une personne à chaque axe peut avoir 2 effets bénéfiques:

  1. éviter le stress lié aux dépenses de Noël (côté adultes)

  2. éviter la surrabondance de cadeaux qui génère l’envie du toujours plus et l’insatisfaction (côté enfants)

(suite…)

Le chevalier des temps modernes !

chevalier des temps modernesGros coup de coeur des enfants et moi pour une vidéo diffusée sur Facebook via les Octofun, cette semaine !

Pourquoi ?

1/ Ça parle d’un chevalier.

2/ Ce chevalier s’adresse à tous les apprentis chevaliers des temps modernes: Identification et empathie immédiate de mes garçons !

3/ Les images sont simples et la voix du narrateur est calme et captivante, à la fois.

4/ L’animation reprend le code chevaleresque traditionnel qu’ils connaissent bien grâce à la lecture des légendes arthuriennes et des documentaires sur la chevalerie.

OUI MAIS…………..

ici, l’épée, le bouclier, la quête et la règle ne sont plus vécus sur le mode guerrier, brutal, conquérant. Et non ! On n’est plus au Moyen Âge tout de même ! Chacune de ces composantes du code chevaleresque est donc revue et corrigée pour s’inscrire dans une optique relationnelle positive, bienveillante et pacifique.

L’apprenti chevalier apprend donc à mesurer la portée de ses mots (« qui comme l’épée peuvent être à double tranchant »), à faire bon usage de son bouclier (l’estime de soi et la confiance en soi, acquises dès les premières années grâce à son entourage le plus proche!), à poursuivre une quête (la recherche de la vérité qui mène au savoir plutôt que la croyance qui mène à des embrouilles, des imbroglios et donc rendent malheureux inutilement) et à respecter une règle (faire toujours de son mieux!).

Et j’avoue avoir adoré la présentation de cette règle qui là encore détricote les connotations liées à ce « fais de ton mieux ». Au lieu de considérer que la capacité de l’enfant à faire de son mieux est toujours égale et pré-déterminée, cette vidéo met l’accent sur les multiples facteurs qui influencent et font varier cette capacité: fatigue, hormones en vrac, soleil, pluie, pêche d’enfer, etc… Bref, « le mieux d’aujourd’hui peut être différent de celui d’hier! ».

Un vrai concentré de communication positive, juste et donc pacifique. Un relationnel qui n’élude pas les problèmes, les situations conflictuelles mais donne des clés et une voie à suivre pour les désamorcer, les résoudre et faire en sorte qu’ils soient de moins en moins nombreux sur sa route de chevalier des temps modernes.

Cette nouvelle ère de la chevalerie me met fort en joie et mes apprentis en chevalerie relationnelle ont décidé de faire leur ce nouveau code.

Alors, jouvenceaux et jouvencelles, prêts pour une plongée dans le monde de la chevalerie revu et corrigé à la sauce bienveillante ?