Coups de coeur

RESPIRE – le magazine

IMG_2095Une belle découverte que ce magazine durant mes vacances estivales, chez mon amie d’enfance. C’est chez elle que j’avais découvert d’autres magazines intéressants comme Happinez, Flow ou encore Kaizen. Même si j’avais plaisir à les lire, je n’avais pas eu ce coup de foudre qui m’aurait donné envie de les garder pour les lire et les relire. Avec RESPIRE j’ai enfin trouvé MON magazine !

Qu’est-ce que j’y trouve?

  • « créer du temps pour soi« , la petite phrase qui suit le nom du magazine résume tout. Chaque article est une pause, une respiration. Avec ses articles riches et nombreux, on comprend pourquoi il paraît seulement tous les 2 mois. Ce n’est pas un magazine qu’on feuillette négligemment sans rien voir ni rien retenir. Chaque article apporte énormément et avant de passer au suivant, j’ai envie de faire le lien avec ma propre vie. J’ai envie d’y penser. Je fais une pause. Je prends le temps, tout simplement.

 

  • À la fin de chaque lecture, j’ai le sentiment de m’être enrichie, d’avoir fait du bien à mon esprit. C’est une sensation vraiment agréable et qui réveille le meilleur en nous: notre intelligence (coeur et esprit). Les articles ne sont pas « prise de tête »! Loin s’en faut! En revanche, ils abordent des sujets comme le bien-être, la créativité, les différentes façons de s’évader, la pleine conscience (=en gros, être présent et attentif à ce que l’on fait au lieu de se disperser et de ne pas vivre à 100% ce que l’on fait). On n’est pas dans la presse people ou dans les marronniers classiques du style « comment perdre 5kg pour faire la greluche en maillot cet été ». Ici, on est dans l’essentiel. On se connecte à soi et on prend le temps de creuser un peu.

 

  • Les illustrations sont belles et douces. Chaque rubrique est marquée par une double page illustrée. Une autre façon de faire une pause, une transition d’une bien jolie manière.

E85D09C8-110A-4BCC-B564-E5FC9C084CD9

  • Les photos choisies invitent au rêve, à l’évasion, à la beauté, comme ce concours de la photo de jardin/parc national qui émerveille.

img_2125.jpg

Le contenu de ce numéro 4, en bref:

  • Bien-être: Attirer la joie dans notre vie – Écouter notre horloge biologique – Le rêve et ses bienfaits – Expérience et sagesse – Déjouer la faim émotionnelle – Trouver votre voix (sur les bienfaits du chant) – Le pouvoir du toucher – La force de l’habitude – News
  • Art de vivre: Tiny homes – Shopping déco – Tout ce qu’il faut savoir sur le sucre – News – Retrouvez l’équilibre avec l’ayurvéda – Tous à l’eau ! (sur les bienfaits de la natation) – Vive les poules libres ! – Les yeux grands ouverts (sur notre visison périphérique mise à mal par tous nos écrans) – Gardiens de la biodiversité (jardiner pour venir en aide à la faune locale) – Concours de la photo de jardin
  • Pleine conscience: Nourrir l’âme (faire des confitures…et se détendre) – All you need is…(de quoi avons-nous vraiment besoin?) – Découvrir la magie des couleurs – Quand ça dérape – Coeur à coeur (s’aimer et se disputer en pleine conscience) – Auprès de mon arbre (se reconnecter à la Terre + conseil de lecture La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben) – Pleine conscience nomade (aborder le quotidien autrement) – 5 choses qu’un psy voudrait vous dire – 5 mythes sur le bonheur – Cultiver son jardin (et nourrir son bien-être physique et mental) – Mettez les voiles (naviguer fait du bien à l’âme)
  • Créativité: News – Dépassez vos blocages créatifs – La micronouvelle – Rencontre avec… – DIY: la trousse de Sanae – News
  • Évasion: La grande évasion: 10 séjours au bord de l’eau – Baignades sauvages – Où se baigner – News – Les plus beaux mots (un régal pour l’oreille et une nourriture pour l’âme)

Quelques images pour vous faire une idée et un aperçu plus complet sur le site de RESPIRE.

Save

Publicités

Ballerina

img_0120

S’il n’y avait qu’un seul dessin animé à voir au cinéma ce mois-ci, ce serait celui-ci sans hésitation aucune.

Ce fut notre gros coup de coeur à l’unanimité et je n’ai pas de danseuse à la maison mais deux garçons (7 ans et presque 9 ans) passionnés de foot, de rugby et de gymnastique.

Le synopsis:

La France à la fin du 19e siècle et, en particulier, Paris. Deux orphelins d’une dizaine d’années, Félicie et Victor, qui ont grandi ensemble et ne rêvent que d’une chose: s’enfuir de l’orphelinat pour réaliser leurs rêves: devenir danseuse, pour Félicie, inventeur, pour Victor.

img_0126

Ces deux inséparables réussiront à échapper à ce carcan qui les empêche d’être ce qu’ils sont réellement. Arrivés à Paris, ils vont être confrontés à une série de rencontres déterminantes et de péripéties haletantes qui peu à peu  les feront évoluer vers ce destin auquel ils ont toujours cru.

Les raisons de notre coup de coeur:

Les deux personnages principaux sont très attachants et ont une personnalité complexe et profonde comme on pourrait s’y attendre dans un film mais beaucoup moins dans un dessin animé. Les personnages secondaires sont très forts également, d’Odette, l’ancienne danseuse handicapée suite à un incendie et obligée de faire le ménage chez l’odieuse Mme Le Haut, pour survivre, au maître de ballet strict, cassant et craint de tous mais au coeur juste et bon, en passant par le prétentieux et ridicule meilleur danseur de l’opéra et Camille Le Haut, odieuse petite bourgeoise à la technique irréprochable mais à l’expressivité froide et inexistante d’une huître.

Les émotions sont intenses: on rit, on s’insurge, on verse une larme, on frissonne, on saute de joie !

La force des idées véhiculées est marquante et positive: quel que soit le milieu d’où l’on vient et les cartes qui nous sont données à la naissance, on peut choisir sa vie, si peu que l’on ne cesse jamais de croire en ses rêves et que l’on poursuive ses aspirations profondes. L’importance d’une amitié sincère, de belles rencontres « fortuites », de l’écoute que l’on porte à sa petite voix intérieure façonnent notre chemin de vie. La ténacité, la détermination, la passion, le feu intérieur, la persévérance, l’attention à l’autre sont autant de valeurs qui parcourent ce film d’animation et auxquelles nous sommes sensibles.

Enfin, la reconstitution de Paris et de la campagne française (Bretagne) à la fin du 19e siècle est bluffante ! On voit la Tour Eiffel et la statue de la liberté en construction. On se balade dans les rues de Paris après les grands travaux haussmaniens et on s’extasie devant l’Opéra Garnier. On entend parler de Gustave Eiffel et de ses inventions. On découvre la vie d’un orphelinat, à cette époque.

Pour les amateurs de danse classique, tout le vocabulaire de la danse est présent à bon escient et les chorégraphies ont été pensées par les excellents Aurélie Dupont et Jérémie Bellingard.

Bref, petits et grands, filles et garçons, tout le monde y trouvera son compte. Si vous ne l’avez pas encore vu, courez-y ! C’est un excellent film d’animation qui va parfaitement bien avec l’esprit de Noël.

Ballerina, film d’animation franco-canadien d’Eric Summer et Eric Warin. Sortie: 14 décembre 2016.

Save

Sélection de beaux livres jeunesse sur les animaux et la nature.

img_2185-800

Il est parfois difficile de trouver des livres scientifiques qui ne soient pas secs. Voici quelques ouvrages documentaires sur les animaux, les habitats et l’histoire de la vie qui ont tout des living-books.

le-jardin-des-merveilles-2Le jardin des merveilles, Un bestiaire extraordinaire de Kristjana S Williams et Jeremy Broom, éditions Milan.

Ce livre est une oeuvre d’art ! Je l’ai d’ailleurs déniché à la librairie de la fondation Vuitton lors de l’expo Icônes de l’art moderne. Les illustrations au foisonnement baroque plongent grands et petits dans l’univers merveilleux de notre si belle nature. Les yeux brillent, l’imaginaire se remplit d’images sublimes.

Le thème de cet ouvrage: les habitats.

Ils sont au nombre de 5: la forêt amazonienne, la grande barrière de corail, le désert de Chihuahua, la forêt noire, l’Himalaya.

Chaque habitat est présenté de la même manière:

  • une double page entièrement illustrée où végétation et animaux peuplant cet habitat seront détaillés dans les pages suivantes.

le-jardin-des-merveilles-7

  • une double page mêlant textes et illustrations pour une présentation des caractéristiques de l’habitat en question. Les textes regorgent d’adjectifs délivrant des faits de manière vivante en captivant le lecteur et en faisant appel à ses émotions.

le-jardin-des-merveilles-8

  • les deux doubles pages suivantes explorent plus en détails les espèces animales typiques de l’habitat et là encore, c’est une petite histoire qui est racontée sur chacun des animaux choisis. Les faits relatés s’impriment donc sans effort et avec plaisir dans l’esprit du lecteur.

Et pour finir de vous laisser charmer autant que nous le sommes par cet ouvrage, voici quelques images supplémentaires…

le-jardin-des-merveilles-3

Extrait de l’introduction:

Alors tournez la page et progressez lentement à travers LA FORÊT AMAZONIENNE chaude et humide, puis plongez pour découvrir LA GRANDE BARRIÈRE DE CORAIL qui grouille de bancs de poissons. De là, accédez à l’un des déserts les plus grands de la planète, LE DÉSERT DE CHIHUAHUA où l’horizon s’étire à l’infini. Promenez-vous ensuite dans les sous-bois de la FORÊT NOIRE où vous ressentirez profondément la nature tout autour. Et enfin, grimpez sur le toit du monde, L’HIMALAYA, d’où l’on peut voir, dans toute leur majesté, l’ensemble de ces endroits extraordinaires.

 

 

animaux-sauvages-dieter-braun-1Animaux sauvages, voyage en terres du sud  et Animaux sauvages, voyage en terres du nord de Dieter Braun, éditions Milan.

Attention alerte aux beaux livres !!! La couverture cartonnée très épaisse, le papier d’une qualité exceptionnelle et les illustrations graphiques et géométriques de Dieter Braun font de ces livres des piliers incontournables d’une bibliothèque, en particulier si vous avez des passionnés de nature et d’animaux.

Depuis qu’ils sont entrés dans notre maison, mon aîné ne les lâche plus. Ce fut un véritable coup de foudre !

Tout comme dans l’ouvrage précédent, les textes sont écrits d’une telle façon qu’une intimité se tisse entre le narrateur et le lecteur et on en oublie qu’on a des livres documentaires entre les mains. Les illustrations mettent en scène les animaux dans diverses situations si bien que l’imagination se met en route et avec le paragraphe pour support, le lecteur s’embarque dans l’univers de l’orque, de l’ours kodiac ou encore du Pygargue à tête blanche. Le nom commun de l’animal est toujours accompagné du nom latin ce que mon aîné a beaucoup aimé. C’est comme une mélodie mystérieuse et nouvelle, ces mots étranges juxtaposés à ceux dont il a plus l’habitude. On a beaucoup aimé la répartition des animaux en 2 livres distincts: l’un traitant des animaux de l’hémisphère nord, l’autre des animaux de l’hémisphère sud.

animaux-sauvages-dieter-braun-10

animaux-sauvages-dieter-braun-11

Pour feuilleter plus de pages, suivez le lien vers les éditions Milan, ici, pour Animaux sauvages, voyage en terres du sud, ainsi qu’une petite vidéo, et ici, pour les animaux sauvages en terre du nord.

les-merveilles-de-la-natureLes merveilles de la nature d’Amanda Wood et Mike Jolley, illustrations d’Owen Davey, éditions Gallimard.

Oubliez tous les manuels de biologie, SVT et autres documentaires factuels ! Ce livre est une mine d’informations précises et limpides baignant dans des illustrations d’une grande qualité. La présentation vintage par planches plairont aux amoureux des ouvrages de naturalistes d’antan. Chez les lutins de Croqlife, il est désormais la référence en matière de sciences nat qui est un sujet que l’on aborde en mode unschooling.

On peut le parcourir à sa guise. 3 onglets de différentes couleurs peuvent permettre à l’enfant de suivre un intérêt particulier: l’onglet jaune indique des pages traitant de l’habitat; l’onglet orange indique des pages proposant un zoom sur une espèce en particulier (ou un groupe d’animaux ou de végétaux); l’onglet bleu indique des pages traitant des comportements et adaptations mises en oeuvre par les différents organismes pour survivre.

Pour vous faire une idée de la limpidité des propos et de la qualité de la pédagogie jamais simpliste et toujours accessible de ce livre, voici un extrait sur la classification des animaux (qui est loin d’être simple à intégrer!):

les-merveilles-de-la-nature-gallimard-jeunesse-10

Quelques images supplémentaires dans le diaporama ci-dessous et sur le site des éditions Gallimard Jeunesse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Icônes de l’art moderne – une expo à couper le souffle !

Un lieu époustoufflant, de l’attente (beaucoup d’attente), une collection hallucinante, un bain artistique intense.

icones-de-lart-moderne

La fondation Louis Vuitton (FLV) a réussi l’exploit de regrouper 127 oeuvres des 278 acquises par le collectionneur russe Serguei Chtchoukine. Parmi les toiles exposées, des noms maintenant célèbres retentissent dans notre mémoire comme des feux d’artifice: Matisse, Picasso, Van Gogh, Gauguin, Monet, Derain, Braque, Cézanne…

img_0406-800

Monet, Falaises d’Etretat, 1886.

Mais à l’époque où l’industriel russe vient en France et s’intéresse à ces toiles, peu de personnes accordent de l’intérêt à ces peintres trop en avance sur leur temps. On peut remercier Chtchoukine d’avoir suivi son coeur, son instinct (et les conseils avisés de marchands d’art eux aussi visionnaires) et de ne pas avoir cédé aux critiques désapprobatrices quant à ses choix.

Portraits de Sergueï Chtchoukine par l’artiste norvégien Xan Krohn

J’ai beaucoup aimé le panneau placé juste avant la 1ère salle qui regroupe les portraits des principaux artistes et du collectionneur. Il résume bien l’esprit de ces êtres qui voient plus loin que leur époque et leurs contraintes.

img_0390-800

Mais avant de découvrir toutes ces merveilles, il vous faudra vous armer d’une grande patience. Lorsque je suis allée à l’expo, avec une réservation sur internet en poche, à 10h (ouverture), je ne suis entrée dans la 1ère salle qu’à 11h20 ! Et une fois à l’intérieur, il faut refaire la queue pour accéder à certaines salles. Ceci dit, sur ce dernier point, je n’ai pas trouvé cela dérangeant car il y a tellement à voir que ces pauses permettent de penser à ce que l’on vient de voir. Cela permet aussi de réguler le nombre de personnes dans chaque salle et d’éviter un attroupement trop important autour des oeuvres qui gâcherait la contemplation.

Place aux oeuvres et à une petite sélection pour vous donner envie d’aller les voir sur place car rien (et surtout pas des images, photos, reproductions) ne saurait remplacer l’émotion ressentie face aux originaux.

La salle 1: Portraits des artistes et du collectionneur-commanditaire

(suite…)

The colouring book of cards and envelopes – Summertime – by Rebecca Jones

This book is just AMAZING and my boys and I love it !

http://amzn.to/29aQgfz

What is it ?

It is a book with 24 cards to colour and 24 envelopes to fold and colour + 24 stickers to close the envelopes. It is all about Summer so you will find illustrations with: bees, butterflies, fish, sea creatures, shells, summer flowers.

How does it work ?

The back of the front cover explains how to fold the envelopes with very simple pictures.

SUMMERTIME - Rebecca Jones (3)-800

In the first part of the book, you will find the cards. They are 2 per page and are really easy to separate. The grooves are very well marked so the children can fold the cards completely independently. The main illustration to colour is on the front.

Inside there is some space to write your text and some illustrations you can colour as well.

On the back, there is a lovely design to enhance the name of the card’s author.

SUMMERTIME - Rebecca Jones (13)-800

In the second part of the book, there are the envelopes illustrated outside AND inside ! So you can colour the 10000 little fish inside the envelopes if you wish and after 24 hours spent colouring your 10000 fish, you will fold the envelope easily and  in less than 1 minute. It will be time to put your card in your lovely envelope and close it with a sticker you will find in the last page of the book.

We like:

  • the creative and peaceful time spent together colouring beautiful designs.

  • the bargain which allows us to please a lot of persons we like a lot.

  • the beauty of each card and envelope.

  • the envelopes’ folding that enable children to work on geometry and method without realizing it.

  • the wonderful publisher of this book: the National Trust.

  • Rebecca’s Jones universe we are completely mad of !

How we will use this book through Summer:

  • postcards

  • birthday cards

  • thank you cards for my children’s teachers and their assistant teachers.

Here are some of the creations we have started. I will put pictures of the final version on my Facebook page.

Here are the commercial links if you would like to buy this book (and other ones by Rebecca Jones) and create wonderful cards for your beloved ones this Summer. Just click on the picture and then on the link or buy it from your local bookshop.

HAVE A WONDERFUL CREATIVE SUMMER !

 

 

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Le blog « A mighty girl »: une mine de ressources pour les super filles !

En cette journée de la femme,  je souhaitais vous parler d’un blog que j’ai découvert en vivant en Angleterre et dont je voulais vous parler depuis longtemps: A MIGHTY GIRL.

a mighty girl

Mighty signifie « puissant », « super » et le verbe qui revient souvent sur ce site, c’est « empower » (valoriser,  donner à quelqu’un les moyens de faire quelque-chose).

Ici, pas de « contre » ou d’ « anti » masculin. Non, on est dans la logique anglo-saxonne ! On se concentre sur ce qui est positif, sur ce qui va contribuer à construire la personnalité des petites filles et des ados afin qu’elles deviennent des femmes bien dans leurs baskets et non polluées par nombre de clichés, d’idées reçues qui seraient un frein à la réalisation de leurs rêves, de leurs envies et de leur accomplissement tant personnel que professionnel.

C’est donc un véritable plaisir de se plonger dans la lecture de ce site que j’utilise de 3 façons différentes.

(suite…)

Pour Ben…

Le soir du 24 décembre 2015, je lisais ce passage du livre de Sylvie Germain (une de mes auteures préférées), Petites scènes capitales. La pleine lune illuminait le petit village des Pyrénées où je séjournais. À rebours et pour commencer 2016, je partage ce moment de féérie céleste et de beauté littéraire avec vous.

Pleine lune Ben                                                                                                     Photo de Ben Favier

     À l’angle d’une rue où elle vient de déboucher, toute sa hâte et ses défenses tombent subitement, elle reste plantée au milieu du trottoir, le visage levé. Que se passe-t-il avec le ciel ? La nuit a perdu son opacité, elle est d’un noir de basalte poli, brillant comme un miroir qui ne réfléchit que du vide, et elle est immense au-dessus de la ville.

    Que se passe-t-il, surtout, avec la lune ? Elle se tient bas dans le ciel, au ras des toits, pleine et blanche, d’une rondeur parfaite, d’un volume colossal. Elle est posée si bas, si près, juste au bout de la rue, que Lili a l’impression qu’elle pourrait parvenir auprès d’elle en quelques enjambées et la toucher. Sa blancheur est de soie, éblouissante, le dessin de ses cratères, des crêtes de ses montagnes, d’une grande netteté. Jamais elle n’a vu une nuit aussi ample, une lune aussi monumentale et proche, aussi splendide et inquiétante. Lili marche vers elle, la planète venue sans bruit effleurer la Terre – ou bien est-ce la Terre qui est entrée en dérive et qui se rapproche de son satellite ? Jusqu’où ira ce rapprochement : jusqu’à la collision, ou au simple accolement ? Elle court presque, comme vers une personne, elle court entre alarme et émerveillement, les yeux fixés sur ce masque géant, d’une candeur glacée, radiante.

     Elle court, inconsciente de l’absurdité de son élan, oublieuse de tout, de l’heure, du froid, d’elle-même. Elle n’est plus qu’un insecte attiré par le globe de lumière, un atome aimanté par un énorme corps céleste, un pur désir sur le point de se dissoudre dans une joie fatale pour mieux se dilater, ou s’y perdre. Un pur désir de rien. Mais le froid, lui, sévit sans faiblir, il lui coupe le souffle, elle ralentit le pas, et la lune, dans sa démesure impassible, lui flanque une gifle en silence, réveillant sa conscience, la renvoyant à ses limites. Elle rentre transie à la maison, doutant de la réalité des choses, ébahie par ce surgissement de beauté paisible et menaçante, et atterrée par sa propre infimité.

Pleine lune Ortiac - 25.12 (1)