Art

Icônes de l’art moderne – une expo à couper le souffle !

Un lieu époustoufflant, de l’attente (beaucoup d’attente), une collection hallucinante, un bain artistique intense.

icones-de-lart-moderne

La fondation Louis Vuitton (FLV) a réussi l’exploit de regrouper 127 oeuvres des 278 acquises par le collectionneur russe Serguei Chtchoukine. Parmi les toiles exposées, des noms maintenant célèbres retentissent dans notre mémoire comme des feux d’artifice: Matisse, Picasso, Van Gogh, Gauguin, Monet, Derain, Braque, Cézanne…

img_0406-800

Monet, Falaises d’Etretat, 1886.

Mais à l’époque où l’industriel russe vient en France et s’intéresse à ces toiles, peu de personnes accordent de l’intérêt à ces peintres trop en avance sur leur temps. On peut remercier Chtchoukine d’avoir suivi son coeur, son instinct (et les conseils avisés de marchands d’art eux aussi visionnaires) et de ne pas avoir cédé aux critiques désapprobatrices quant à ses choix.

Portraits de Sergueï Chtchoukine par l’artiste norvégien Xan Krohn

J’ai beaucoup aimé le panneau placé juste avant la 1ère salle qui regroupe les portraits des principaux artistes et du collectionneur. Il résume bien l’esprit de ces êtres qui voient plus loin que leur époque et leurs contraintes.

img_0390-800

Mais avant de découvrir toutes ces merveilles, il vous faudra vous armer d’une grande patience. Lorsque je suis allée à l’expo, avec une réservation sur internet en poche, à 10h (ouverture), je ne suis entrée dans la 1ère salle qu’à 11h20 ! Et une fois à l’intérieur, il faut refaire la queue pour accéder à certaines salles. Ceci dit, sur ce dernier point, je n’ai pas trouvé cela dérangeant car il y a tellement à voir que ces pauses permettent de penser à ce que l’on vient de voir. Cela permet aussi de réguler le nombre de personnes dans chaque salle et d’éviter un attroupement trop important autour des oeuvres qui gâcherait la contemplation.

Place aux oeuvres et à une petite sélection pour vous donner envie d’aller les voir sur place car rien (et surtout pas des images, photos, reproductions) ne saurait remplacer l’émotion ressentie face aux originaux.

La salle 1: Portraits des artistes et du collectionneur-commanditaire

(suite…)