Auteur : Aurore Valantin

Notebook d'une maman de 2 lutins vivant à l'étranger. Au sommaire: grossesse et accouchement au naturel (maison de naissance, préparation à l’accouchement via la sophrologie, l’haptonomie,…), les indispensables (et les superflus !) de la « liste de naissance », l’accueil de bébé, le retour à la maison et ses conséquences, les « trucs et astuces » pour gérer les suites de couches, l’allaitement, le grand saut dans ce que l’on nomme la « parentalité » ou « parenting » dans les pays anglo-saxons. Vivant à l’étranger depuis les 6 mois de mon 1er enfant, vous y trouverez également des infos sur le bilinguisme et le homeschooling. Et comme je suis une passionnée de livres et de cuisine, vous pourrez piocher des idées pour nourrir l’esprit et l’estomac de vos bambins dans les rubriques « recettes de cuisine » et « bibliothèque idéale »! ENJOY !

The many worlds of Albie Bright by Christopher Edge

the many worlds of albie bright

Drôle, touchant, captivant et…quantique !

Chaudement recommandé par mon 9 ans qui l’a dévoré en 2 jours et j’avoue m’être laissée embarquer, aussi. 😉

For my English readers, here are some reviews that I found great about this book:

L’histoire (4ème de couverture traduite par ma pomme):

JUSQU’OÙ IRIEZ-VOUS POUR CHANGER LE MONDE ?

Le jour où la maman d’Albie meurt, ce dernier demande tout naturellement où elle est partie. Ses parents en bons scientifiques qu’ils sont ont généralement réponse à tout. Son papa marmonne quelque-chose à propos de physique quantique, d’univers parallèles. Alors, Albie ne fait ni une, ni deux! Il prend un carton, un ordinateur, une banane pourrie et part à la recherche de sa mère dans un formidable voyage dans le temps et l’espace.

Ce qu’il va trouver sera peut-être ou peut-être pas ce qu’il cherche mais une chose est certaine, il va trouver les réponses aux grandes questions qu’il se posait.

UN ROMAN EXTRAORDINAIRE POUR TOUS CEUX QUI SONT RESTÉS CURIEUX.

L’avis de mon 9 ans:

« J’ai beaucoup aimé ! C’est plein d’imagination. La mort de la maman, au début, et les détails sur la physique quantique te font penser que tu vas rentrer dans une aventure passionnante. »

Mon avis

A priori, entre la physique quantique et la mort de la maman dès le début, ça paraît mal parti, cette histoire. 🙂 Et pourtant, il serait dommage de s’arrêter à ces 2 barrières car elles n’en sont pas. Il y a beaucoup d’humour et de sensibilité dans ce récit raconté du point de vue de ce garçon de 11 ans prénommé Albie. Le fracas que provoque la mort de cette maman éminemment douée dans son champ de recherches (trouver les origines du Big Bang via la physique quantique) va bouleverser les trois personnes qui lui étaient le plus liées: son fils (Albie), son mari (Dad) et son père (Grandad Joe). Celle qui était cette colle fédérant ces 3 personnes de manière harmonieuse, pareille à celle qui fait se coller entre eux les atomes et qui crée tout ce que compte l’univers, s’en va et les laisse en désordre, déboussolés et ne sachant plus trop vers quelle direction avancer de nouveau. Le père va se perdre dans son travail et sa série télé de vulgarisation scientifique qui a un succès fou. Le grand-père va essayer de pallier l’absence du père et de la mère, en vain. Et Albie dans tout ça? Eh bien, Albie va chercher sa propre voie en partant à la recherche de sa mère dans des univers parallèles car selon la théorie évoquée par son père, d’autres univers existeraient en même temps que le nôtre, quasiment pareils au nôtre mais avec une légère différence dans chacun d’eux, qui les rend tous à la fois similaires mais uniques. Conclusion: il se pourrait que dans l’un de ces univers, sa maman soit vivante !

Pour ce faire, Albie s’appuie sur la base de données de l’ordinateur maternel, un compteur Geiger, un carton et une banane qui, en pourrissant, produit les radiations nécessaires pour voyager d’un univers à un autre.

Le récit est rythmé par cette quête qui ne manque ni de surprises, ni de rebondissements, ni de situations cocasses, ni d’émotions. On se laisse prendre par la course folle et désespérée d’Albie, par sa façon toute personnelle de faire le deuil de cette maman qui était son roc, son héroïne et son encyclopédie vivante. Ce roman jeunesse mérite de passer dans toutes les mains car il aborde avec légèreté et humour un sujet qui nous a touchés, nous touche ou nous touchera. Il donne aussi une envie irrésistible d’en savoir plus sur ce qui me paraît vraiment mystérieux et fascinant: l’univers de la physique quantique (et c’est une pure littéraire qui n’a jamais rien compris à la physique et aux maths qui écrit ça!!!).

Avis aux maisons d’édition françaises: livre en anglais, paru en janvier 2016, à traduire de toute urgence en français pour qu’il puisse être lu par de nombreux lecteurs francophones.

Note sur l’auteur:

Christopher Edge

Christopher Edge est un écrivain anglais qui a passé toute son enfance à inventer des histoires, à Manchester. Maintenant, il vit dans le Gloucestershire avec sa femme et ses deux enfants. Il passe toujours le plus clair de son temps à inventer des histoires. 🙂

À suivre…

The Jamie drake equation by Christopher Edge

 

 

The secret garden / Le jardin secret de Frances Hodgson Burnett

The secret garden / Le jardin secret

Ce livre est un petit bijou dont je recommande la lecture au printemps car c’est la période idéale pour s’y plonger, allongé(e) dans l’herbe, entouré(e) d’arbres en fleurs, de jonquilles, de crocus, primevères et autres fleurs printannières.

Pour les passionné(e)s de pédagogie « Charlotte Mason », c’est THE living book ! Je vous en donnerai les raisons après le résumé.

L’histoire

Le début se passe en Inde, durant la période de la colonisation anglaise. Mary Lennox, le personnage principal, est une petite fille capricieuse et odieuse, habituée à être servie à la minute où elle le demande. Ce comportement est en grande partie dû au désintérêt total, voire à l’aversion, de sa mère envers elle et à la quasi absence de son père à la santé fragile et aux obligations professionnelles importantes. Mais un jour, tout bascule. Le choléra frappe la ville où elle habite. Son père, sa mère et de nombreux Indiens meurent. Mary, orpheline, est alors envoyée chez son oncle, en Angleterre, dans le Yorkshire.

Changement brutal ! De la chaleur de l’Inde, elle passe au froid humide du Yorkshire. Aux paysages indiens luxuriants succède la lande anglaise immense et morne. À l’agitation et aux mondanités font suite le silence monacal de l’imposant manoir de Misselthwaite et les journées monotones de ses habitants.

Pourtant, c’est dans cet endroit a priori hostile, froid et ennuyeux que Mary va se révéler, se découvrir et exister, enfin.

Ce que nous avons tant aimé

  • l’évolution du personnage principal: Mary

  • l’histoire d’amitié entre les 3 enfants de cette histoire: Mary, Dickon et Colin

  • le mystérieux jardin secret du manoir de Misselthwaite

  • le bain de nature

  • le parler du Yorkshire au XIXe siècle, bien différent de l’anglais du XXIe siècle

Un living book

The secret garden (le jardin secret, en français) correspond parfaitement au living book tel que Charlotte Mason l’a défini.

L’histoire est captivante. On est emporté dans les « enquêtes » de Mary: d’où vient ce cri qu’elle entend à plusieurs reprises dans la nuit ? Qui peut bien crier ainsi ? Où est ce fameux jardin secret dont personne ne semble savoir où se trouve l’entrée ? Pourquoi l’oncle de Mary a fait fermer ce jardin, il y a dix ans ? Où peut bien se trouver la clé qui ouvre la porte du jardin secret ? Pourquoi l’oncle de Mary est-il si taciturne et fuyant ? Pourquoi n’a-t-elle le droit d’aller que dans certaines pièces du manoir ?

L’écriture est riche et stylisée. L’adulte comme l’enfant est emporté, nourri, élevé à la lecture de ce livre. Mon aîné a lu avidement la version abrégée (chez Usborne) et j’ai, quant à moi, dévoré la version intégrale (chez Vintage classics). Cette année, il a fait partie des livres en lecture offerte, en version intégrale.

La nature parcourt tout le livre. Elle est, de par les descriptions de la lande et du jardin secret, un bouquet de beauté qui imprègne le lecteur. Dickon, ce jeune garçon de 12 ans, est un passeur de nature (tout comme le rouge-gorge qui vit dans le jardin secret). Il connaît la lande et la faune qui la peuple comme sa poche. Il est celui qui sait communiquer avec les animaux qui le suivent partout: le rouge-gorge, le renard, le poney sauvage et bien d’autres. À travers lui, tout comme Mary, nous apprenons bien des choses sur les plantes, les saisons, les animaux, le jardinage, le tout de manière naturelle et sensible puisque tout passe par le récit et non un documentaire rempli d’informations bien sèches. Et surtout, il donne une énergie, une impulsion qui pousse le lecteur à vouloir battre la campagne des heures durant, à façonner un jardin, à observer plus attentivement cette nature qui l’entoure et à laquelle il ne porte pas l’attention qu’il devrait.

La nature est aussi investie, ici, d’un pouvoir guérisseur. Elle est celle qui révèle ce qu’il y a de meilleur en Mary et celle qui redonne vigueur et douceur à Colin dont l’entourage l’étouffait à force de le couver et de penser que ses années étaient comptées.

Ce roman est aussi un excellent récit d’initiation qui nourrit l’âme de son lecteur. D’un point de vue masonien, il entre dans cette multitude de lectures inspirantes qui, en plus de tous les autres éléments de cette pédagogie, participe de la construction de la personnalité d’un jeune lecteur. Il sème en lui de nombreuses graines qui feront germer de beaux traits de caractère. Dans cet autre billet, vous trouverez des phrases que nous avons retenues pour notre livre des citations et qui nous inspirent ou nous font débattre jour après jour (elles sont en anglais car on a lu ce livre dans sa version originale).

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

The secret garden by Frances H Burnett – Quotes

               Garden border 3 by John Thompson

  • Find something interesting and a child will shine.

Just before the quote below, Colin, Mary’s cousin, was disabused and didn’t show much interest in living. But then, Mary talked about the mysterious secret garden…

What garden door was locked? Who did it? Where was the key burried? he exclaimed, as if he were suddenly very much interested. […] What sort of garden is it? Colin persisted eagerly. (p.157)

  • About Colin’s behaviour:

Mary had not known that she herself had been spoiled, but she could see quite plainly that this mysterious boy had been. He thought that the whole world belonged to him. How peculiar he was and how coolly he spoke of not living. (p.158)

by Emma Rimer

  • Spring by Mary…

It is the sun shining on the rain and the rain falling on the sunshine, and things pushing up and working under the earth. (p.161)

  • Charlotte Mason’s philosphy summed up in Martha and Mary’s dialog:

Mother says that there’s no reason why any child should live that gets no fresh air and doesn’t do nothing but lie on his back and read picture-books and take medicine. He’s weak and hates the trouble of being taken out of doors, and he gets cold so easy it makes him ill.

Mary sat and looked at the fire.

« I wonder », she said slowly, « if it would not do him good to go out into a garden and watch things growing. It did me good. » (p.171)

  • Dickon’s portrait by Mary:

He knows all about eggs and nests […] and he knows where foxes and badgers and otters live. He keeps them secret so that other boys won’t find their holes and frighten them. He knows about everything that grows or lives on the moor. […] He’s always talking about live things. He never talks about dead things or things that are ill. He’s always looking up in the sky to watch birds flying – or looking down at the earth to see something growing. He has such round blue eyes and they are so wide open with looking about. And he laughs such a big laugh with his wide mouth – and his cheeks are red – as red as cherries. (176-178/9)

Garden border 8 by John Thompson

  • When Colin discovered the secret garden for the 1st time…

And over walls and earth and trees and swinging sprays and tendrils the fair green veil of tender little leaves had crept, and in the grass under the trees and the grey urns in the alcoves and here and there everywhere, were touches or splashes of gold and purple and white and the trees were showing pink and snow above his head, and there were flutterings of wings and faint sweet pipes and humming and scents and scents, And the sun fell warm upon his face like a hand with a lovely touch. (p.260)

  • Healing nature…

« You’ll get plenty of fresh air, won’t you? » said Mary.

« I’m going to get nothing else, » he answered. « I’ve seen the spring now and I’m going to see the summer. I’m going to see everything grow here. I’m going to grow here myself. » (p.268)

  • You are the only artisan of your happiness!

Being alive is the Magic – being strong is the Magic. The Magic is in me – the Magic is in me. It is in me – it is in me. It’s in every one of us. (p.296)

  • Self-confidence / commitment / strong drive / determination

I shall come here every day in my chair and I shall be taken back in it. I won’t have people whispering and asking questions and I won’t let my father hear about it until the experiment has quite succeeded. Then some time when he comes back to Misselthwaite I shall just walk into his study and say: « Here I am: I am like any other boy. I am quite well and I shall live to be a man. It has been done by a scientific experiment. » (p.299)

  • importance of thoughts and outlooks we chose to look at the world all around us (p.343/4)

Rebecca-Jones-Lovelyby Rebecca Jones

Save

Les petits remèdes de Croqlife

les-petits-remedes-de-croqlife-800_ink_li

Voici les petites recettes aromathérapiques qui fonctionnent très bien dans notre famille. Attention, je ne suis ni médecin, ni spécialiste en aromathérapie (ouch ! Je viens d’éviter certaines fourches caudines. 🙂 ). Je ne prétends pas détenir THE remèdes mais quand je vois le nombre d’enfants de mon entourage sous antibiotiques ou constamment pris du nez ou des bronches, je me dis que, peut-être, ça pourrait servir. Mon cadet n’a jamais eu besoin d’antibiotiques de sa vie (il a 7 ans) et l’aîné, depuis l’ablation des végétations à 3 ans et demi, en est au même point. Alors, option 1: soit c’est parce qu’ils ont un système immunitaire béton. Option 2: soit c’est parce qu’ils passent beaucoup de temps dehors chaque jour quel que soit le temps. Option 3: soit c’est parce qu’ils ont une alimentation équilibrée, le plus possible bio et constituée uniquement de plats cuisinés maison. Option 4: soit c’est parce que les huiles essentielles que j’utilise pour les soigner sont super efficaces. Ou alors, est-ce une combinaison des options 1,2,3 et 4 ? 😉 Quoiqu’il en soit, voici nos secrets pour vaincre rapidement virus hivernaux et autres petits maux désagréables.

1/. Contre les rhumes

Adultes et enfants de plus de 2 ans:

  1. lavage de nez au Sterimar « nez bouché » ou Physiomer « nez bouché »
  2. gouttes aux huilles essentielles (HE):

Dans un flacon avec pipette d’une contenance de 30 ml, verser 20 ml d’huile de support (amande douce, par exemple), puis ajouter:

  • 10 gouttes d’HE d’arbre à thé
  • 10 gouttes d’HE d’eucalyptus
  • 10 gouttes d’HE de pin sylvestre
  • 10 gouttes d’HE de lavande
  • 10 gouttes d’HE de cajeput

2/. Contre les maux de gorge/la toux productive/la fièvre/la grippe

L’huile essentielle de ravintsara ! Cette huile essentielle vantée par deux de mes amies très au point en aromathérapie est devenue notre incontournable.

  1. en massage de la poitrine, du haut du dos et de la plante des pieds. Diluer 30 gouttes de ravintsara dans 30ml d’huile de support puis prélever la dose nécessaire pour le massage. Très efficace contre la fièvre qui monte dans les tours et pour traverser la grippe rapidement et sans être trop secoué.
  2. tisane de citron au gingembre additionnée d’une cuillérée de miel dans laquelle je mélange 2 à 3 gouttes d’HE de ravintsara.

Et voilà ! C’est tout ! Pas de trousse à pharmacie bondée chez Croqlife et ses lutins. 🙂

Aparté: au moment où je rédige cet article, j’ai un bon mal de gorge qui sévit depuis 2 jours, quasiment plus de voix et un rhume qui vient de se rajouter par dessus le tout, aujourd’hui. Les remèdes ci-dessus me permettent de m’occuper de ma maisonnée sans sentir la fatigue bien que la douleur soit présente et pénible. C’est la 3 ème fois que les virus hivernaux me rendent visite cette année et cela coïncide avec la reprise de mon activité professionnelle plus qu’à plein temps. Moralité: peu d’heures de sommeil, pas de déjeuner faute de temps, une bonne dose de stress et le sentiment de ne plus pouvoir passer autant de temps de qualité qu’avant avec mes enfants = un corps en déséquilibre. Les petits remèdes, c’est bien mais à la base, si les besoins essentiels sont respectés, on n’en a quasiment pas besoin ou alors leur efficacité est fulgurante. Vivement la fin de cette période de transition, en ce qui me concerne, et le retour à un équilibre plus sain !

Prenez donc bien soin de vous avant tout !

 

 

 

Save

Happy new year !

 

bonne-annee-2017-2

Croqlife et ses lutins vous souhaitent une belle année 2017 !

Dans notre bouquet de voeux pour cette année, il y a les mots-fleurs suivants:

joienaturecréativité santé liregénérosité (s’)aimerfeu intérieurapprendredécouvrirjouerdanserchanterécrireêtre ensembleprendre le temps

Save

Comment faire rentrer les cadeaux de Noël dans 2 valises cabine et 2 sacs à dos d’enfants ?

img_0183

Quand on vit à l’étranger et qu’on vient passer Noël dans la famille, la question logistique des cadeaux à faire rentrer dans les valises se pose rapidement.

Pour les cadeaux à faire, ce n’est pas un problème: on achète sur place, une fois arrivés, ou on fait livrer sur le lieu des festivités.

En revanche, c’est une autre paire de manches pour les cadeaux qui vont nous être offerts !

Pour prévenir déception et petits drames, nous avons pris les devants en prévenant amis et famille que tout devrait rentrer dans des bagages cabine (on est du genre à voyager léger et le moins de temps on passe à l’aéroport, le mieux on se porte !).

Faire minimaliste tout en faisant briller les yeux des enfants le jour de Noël 

Étant déjà dans une optique essentialiste depuis Noël dernier, les contingences de cette année nous ont amenés à poursuivre dans cette voie et ce n’est que du bonheur !

Nos enfants sont des fondus de sport, de jeux au grand air et de bouquins.

Alors, pour Noël, les garçons ont trouvé sous le sapin:

– 1 tenue de sport chacun

– des livres

– des cartes de foot

– un petit porte-monnaie en liège à accrocher à la ceinture avec des sous à l’intérieur

Opération « Noël minimaliste et heureux » réussie ! Les garçons ont eu ce dont ils rêvaient et ce qu’ils aiment profondément. Toute la matinée, ils ont joué au foot avec leur nouvelle tenue et ce soir, nous rigolerons aux éclats en lisant le dernier Cornebidouille. Les enfants auront hâte que leur papa commence à leur lire le tome 2 de la version illustrée d’Harry Potter, un rituel délicieux qu’ils avaient tellement apprécié avec le tome 1. Thomas explorera sûrement son livre Au fil des émotions tandis que  les Monsieur Madame jouent au football sera lu à deux voix par mes 2 lutins, le soir sous la couette, avant de sombrer, heureux, dans les bras de Morphée. Quant au Magicien d’Oz, il attendra que les enfants aient fini leur lecture d’Harry Potter.

Idées cadeaux pour globe-trotters minimalistes et heureux de l’être 

– des tenues de sport / des vêtements

– des livres / une liseuse / des ebooks

– un abonnement à un magazine

– une sortie (ciné, cirque, spectacle, restaurant…)

 – un bijou ou un accessoire (chapeau, écharpe, gants, broche)

– un soin du corps

Et vous, qu’avez-vous mis sous votre sapin ?

Save

Ballerina

img_0120

S’il n’y avait qu’un seul dessin animé à voir au cinéma ce mois-ci, ce serait celui-ci sans hésitation aucune.

Ce fut notre gros coup de coeur à l’unanimité et je n’ai pas de danseuse à la maison mais deux garçons (7 ans et presque 9 ans) passionnés de foot, de rugby et de gymnastique.

Le synopsis:

La France à la fin du 19e siècle et, en particulier, Paris. Deux orphelins d’une dizaine d’années, Félicie et Victor, qui ont grandi ensemble et ne rêvent que d’une chose: s’enfuir de l’orphelinat pour réaliser leurs rêves: devenir danseuse, pour Félicie, inventeur, pour Victor.

img_0126

Ces deux inséparables réussiront à échapper à ce carcan qui les empêche d’être ce qu’ils sont réellement. Arrivés à Paris, ils vont être confrontés à une série de rencontres déterminantes et de péripéties haletantes qui peu à peu  les feront évoluer vers ce destin auquel ils ont toujours cru.

Les raisons de notre coup de coeur:

Les deux personnages principaux sont très attachants et ont une personnalité complexe et profonde comme on pourrait s’y attendre dans un film mais beaucoup moins dans un dessin animé. Les personnages secondaires sont très forts également, d’Odette, l’ancienne danseuse handicapée suite à un incendie et obligée de faire le ménage chez l’odieuse Mme Le Haut, pour survivre, au maître de ballet strict, cassant et craint de tous mais au coeur juste et bon, en passant par le prétentieux et ridicule meilleur danseur de l’opéra et Camille Le Haut, odieuse petite bourgeoise à la technique irréprochable mais à l’expressivité froide et inexistante d’une huître.

Les émotions sont intenses: on rit, on s’insurge, on verse une larme, on frissonne, on saute de joie !

La force des idées véhiculées est marquante et positive: quel que soit le milieu d’où l’on vient et les cartes qui nous sont données à la naissance, on peut choisir sa vie, si peu que l’on ne cesse jamais de croire en ses rêves et que l’on poursuive ses aspirations profondes. L’importance d’une amitié sincère, de belles rencontres « fortuites », de l’écoute que l’on porte à sa petite voix intérieure façonnent notre chemin de vie. La ténacité, la détermination, la passion, le feu intérieur, la persévérance, l’attention à l’autre sont autant de valeurs qui parcourent ce film d’animation et auxquelles nous sommes sensibles.

Enfin, la reconstitution de Paris et de la campagne française (Bretagne) à la fin du 19e siècle est bluffante ! On voit la Tour Eiffel et la statue de la liberté en construction. On se balade dans les rues de Paris après les grands travaux haussmaniens et on s’extasie devant l’Opéra Garnier. On entend parler de Gustave Eiffel et de ses inventions. On découvre la vie d’un orphelinat, à cette époque.

Pour les amateurs de danse classique, tout le vocabulaire de la danse est présent à bon escient et les chorégraphies ont été pensées par les excellents Aurélie Dupont et Jérémie Bellingard.

Bref, petits et grands, filles et garçons, tout le monde y trouvera son compte. Si vous ne l’avez pas encore vu, courez-y ! C’est un excellent film d’animation qui va parfaitement bien avec l’esprit de Noël.

Ballerina, film d’animation franco-canadien d’Eric Summer et Eric Warin. Sortie: 14 décembre 2016.

Save