J’ai décidé d’être une maman-jardinière plutôt qu’une maman-potier.

Ce matin, j’ai regardé cette vidéo d’Albert Dupontel et ses propos ont résonné si fortement en moi que je ne pouvais faire autrement que la partager et en extraire des bribes qui expriment ce que je pense ardemment.

« Tout est fait pour que l’individu ne se rencontre pas dans une vie.

Parce que s’il se rencontre, c’est terrible ! Il développe un sens critique; il développe un jugement. Et alors là, il est ingouvernable. Donc, que ce soient les religions, que ce soient les commerçants, que ce soient les politiques, ils n’ont aucun intérêt à ce que l’individu se trouve.

[…] dès l’âge de 2 ans, l’enfant est en théorie, statistiquement, devenu un consommateur. Si, en plus, on peut lui coller une religion dessus, c’est parfait.

[…] Ces trois valeurs dominantes font un mal de chien. L’individu n’est plus lui. Sans même s’en rendre compte, il est assujetti direct. […] La vraie éducation affective des gens qu’on aime, c’est de leur apprendre à se trouver eux-mêmes et donc à ne pas forcément écouter ce qu’on dit, y compris l’école. »

Entendons-nous bien, il n’est pas question d’anarchie ni de désobéissance pour le simple plaisir de désobéir mais d’exercice de sa pensée critique, d’expression spontanée de ses idées, de confiance en ce que l’on est profondément.

IMG_0879-800

Les propos de cet acteur m’ont fait repenser à ce passage du livre d’Arianne Seccia Boulanger qui ne me quitte plus depuis la naissance de mon premier enfant:

« Que peuvent être les parents pour leurs enfants, jardiniers ou potiers ?

Au nom du bonheur légitime qu’ils veulent pour eux, ils ont le pouvoir de les modeler, de les formater à leurs propres croyances. Mais en réalité, ils ont aussi toujours le choix.

Le choix de les reconnaître, de les aider tels qu’ils sont sans les juger, le choix de les accompagner en les arrosant du mieux qu’ils peuvent avec ce qui leur correspond, le choix de leur dire qu’ils leur font confiance.

C’est là le plus beau cadeau. C’est aussi leur devoir le plus sacré. Et quel que soit l’âge de l’enfant, ça reste toujours possible, toujours. »

IMG_2812-800

La tentation du parent-potier est si grande ! Parfois, j’y succombe, encore, mais je tente, chaque jour, un peu plus, de m’en défaire pour ne plus être qu’une accompagnatrice aimante, une médiatrice qui dégage le chemin choisi par chacun de mes enfants afin que l’accès vers ce qu’ils ont choisi soit ouvert, possible, offert.

IMG_3083-800

C’est une aventure d’une richesse incroyable et d’une difficulté non négligeable puisqu’il faut apprendre à ne pas imposer mais proposer sa façon de voir, de penser, de faire. Aïe ! Ce n’est pas facile !

Je pense que c’est l’approche Reggio Emilia qui a ouvert cette voie sur laquelle j’étais prête à avancer. J’en ai retenu la confiance dans le potentiel de l’enfant, l’importance de prendre le temps de regarder (vraiment) son enfant, la nécessité de nourrir ses centres d’intérêt qui sont autant de manifestations de ce feu intérieur propre à chaque être (et qui s’éteint pourtant trop souvent…).

Et voilà comment d’Albert Dupontel à Ariane Seccia Boulanger, j’en arrive à Khalil Gibran dont je relis souvent ce passage, extrait du Prophète:

Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

                                                   Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,

Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

                                     Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.

Neige à Worthing 12.3-800

 

Save

Publicités

6 commentaires

  1. C’est tellement vrai!
    Je me pose ces questions depuis un moment déjà. Mais il est vrai que nous sommes nous même tellement formatés par le système que parfois nous replongeons un court instant car la société fait tout pour que l »on doute!
    Alors, accrochons nous et libérons nos enfants de tout ce carcan!!!
    Cet article est un bonheur…car il est comme un réveil de fleurs que l »on prend en pleine figure!

  2. Tellement d’accord ! Avec l’instruction en famille on peut aussi devenir maman potière, les laisser imaginer que nous savons tout, que nous sommes le modèle… Et c’est parfois un exercice d’équilibriste de les pousser à nous contredire alors même que c’est moins confortable pour nous ! Mais ça en vaut la peine, maman jardinière moi aussi. 🙂
    Bonne journée !

  3. Et si on était potier ET jardinier mais que l’on laissait l’enfant imaginer dans quel pot il voulait grandir : ce pot serait peut être rempli de motifs et de couleurs et on y cultiverez ensemble une jolie fleur..J’aime bien l’idée de ne pas trop faire de catégories mais bien de vivre ensemble, à l’écoute les uns des autres…
    merci
    en tous cas de ce beau témoignage de vie.

    1. Que c’est joliment dit, Caro ! On est forcément les 2. 😉 J’essaie juste, au quotidien, de ne pas laisser ma tendance potier prendre le pas sur mon côté jardinière. Moi non plus, je n’aime pas trop les catégories même si le titre de mon billet a tendance à en créer une. Cela fait d’ailleurs un moment que j’ai envie d’écrire sur ce sujet tellement il est criant dans le cas de notre famille. À suivre donc. 🙂
      Je découvre, avec grand plaisir, ton site ! À très bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s