La maison de naissance, une atmosphère inoubliable et incomparable.

maison de naissance Pontoise                                                                                                                  source

Voilà 8 ans que j’ai donné naissance à mon (grand) garçon ! L’occasion de revenir sur cet événement et les mois qui l’ont précédé (ici). Ce retour en arrière est inséparable d’un lieu: la maison de naissance, et de ces personnes extraordinaires qui lui donnent son âme: les sages-femmes.

Pour mes 2 accouchements, l’un en France, l’autre en Angleterre, mon mari et moi avons fait le choix de la maison de naissance (birthing centre, en anglais).

Qu’est-ce qu’une maison de naissance ou birthing centre (en anglais) ?

C’est une structure entièrement gérée par des sages-femmes qui assurent le suivi de la grossesse, le travail, l’accouchement et le suivi post-natal. L’accompagnement est donc global et repose sur un accouchement physiologique, c’est-à-dire, naturel, sans péridurale (ce qui ne veut pas dire que vous êtes complètement masochiste et que vous aimez en baver des ronds de chapeau ! 🙂 Une préparation adaptée pour gérer la douleur vous est offerte. On n’est plus à l’âge de pierre, tout de même !). Seules les femmes ne présentant ni problèmes de santé ni complications durant la grossesse peuvent accoucher dans cet endroit. Pourquoi ? Car il n’y a pas de « médicalisation » de l’accouchement en maison de naissance. Comme son nom l’indique, on se rapproche plus de l’accouchement à domicile que de l’accouchement à la maternité. En cas de complication non détectable et imprévisible (ce qui est extrêmement rare dans cette structure), la maman et le bébé sont transférés dans l’hôpital rattaché à la maison de naissance.

La France et les autres pays

En France, les maisons de naissance ont beaucoup de mal à voir le jour. Elles sont toujours à l’état de projets, d’expérimentations. Comme le dit très justement Marie-Josée Keller (présidente du Conseil National de l’Ordre des Sages-femmes):

La France est un pays où l’hospitalo-centrisme est très marqué, il faut du temps pour que ce système évolue et que l’on puisse concevoir la naissance hors de la maternité.

Deux écoles s’affrontent sur l’appellation « maison de naissance ». Les uns souhaitent qu’elles fassent partie d’un hôpital (pavillons de naissance); les autres, qu’elles soient complètement indépendantes de toute structure hospitalière sur le plan géographique (maisons de naissance).

Pour notre part, nous avons trouvé rassurant le concept adopté par le pavillon de naissance de Pontoise qui se trouve dans le même bâtiment que la maternité de niveau 3. En cas de complication imprévue, il est tout de même plus aisé et moins stressant d’être transféré en quelques minutes plutôt qu’en une demi-heure, voire 1h30, comme en Australie ! Une fois l’accouchement fini, vous pouvez opter pour une sortie précoce, généralement entre 24 et 72 heures. Selon le protocole choisi (PRADO, HAD), vous serez suivie par une sage-femme, à raison de 2 visites réparties sur les 8 jours suivant la naissance.

En Angleterre, les « birthing centres » sont soit complètement détachés de l’hôpital et sont totalement autonomes (en cas de complications, ce qui est rarissime, la maman et le bébé sont transférés dans la maternité à laquelle il est rattaché), soit attenants à un hôpital. On se sent comme à la maison ! L’accouchement dans l’eau y est proposé et les chambres n’ont rien de chambres d’hôpital. Après les vérifications d’usage et si tout va bien, vous rejoignez votre domicile dès que vous le souhaitez. Une sage-femme vient ensuite vous voir tous les 2 jours durant 15 jours. Elle reste une demi-heure et s’assure de votre bonne santé et de celle de votre bébé.

La maison (ou pavillon) de naissance de Pontoise

maison de naissance Pontoise 3Il y a 8 ans, tout mon suivi de grossesse et mon accouchement ont eu lieu à la maison de naissance de Pontoise qui était (est) encore à l’état de projet. Concrétement, toutes les étapes de la grossesse jusqu’au travail (inclus) ont eu lieu dans la maison de naissance. La dernière phase de l’accouchement s’est déroulée dans l’une des salles de la maternité avec ma sage-femme (Isabelle Chevalier), mon mari et une adorable aide-soignante (Nicole). La maison de naissance a été intégrée dans les travaux de restructuration du centre hospitalier et occupe le 4ème étage du pôle femme-enfant. De ce fait, je n’ai eu qu’à passer du 4ème étage au rez-de-chaussée, via l’ascenseur pour la toute dernière partie de l’accouchement.

Malgré cette reconnaissance de la maison de naissance, il est impossible de trouver ses coordonnées sur le site de l’hôpital de Pontoise !!! Une aberration ! Vous trouverez donc le numéro de téléphone sur le site de l’association des parents de la maison de naissance de Pontoise, PaMaNa.

Mon point de vue engagé sur le sujet !

Au XXIème siècle, je trouve assez scandaleux de devoir entreprendre un véritable parcours du combattant pour choisir le mode de suivi que l’on sait le plus adéquat pour son bébé et pour soi. Il est faux de dire que l’accouchement à domicile ou en maison de naissance est un retour en arrière ou qu’il est dangeureux ! D’abord parce que c’est un choix assumé des (futurs) parents et non des conditions qui leur sont imposées, comme dans les années 60 et auparavant. Ensuite, parce que ce choix est le fruit d’un processus de réflexion, de documentation, de lecture. Tout couple qui s’engage sur ce chemin entreprend une véritable préparation physique, psychologique, émotionnelle de chaque instant. On n’attend pas les 2 derniers mois de grossesse pour se préparer ! Et cet état d’esprit, cette conscience qu’un tel rendez-vous mérite une attention extraordinaire donnent au couple et à la femme, en particulier, une confiance, une détermination et une puissance démesurée. Lorsque les contractions commencent, tout ce travail en amont porte ses fruits et rares sont les femmes qui ne mènent pas à terme leur projet, en maison de naissance. Je suis d’ailleurs convaincue qu’un grand nombre de complications lors de l’accouchement pourraient être évitées si l’accompagnement des femmes était effectué par la même personne du début de la grossesse à l’accouchement; si un véritable travail sur les peurs liées à l’accouchement était entrepris très tôt et si l’intimité due à cet événement était respectée. Une femme SAIT comment accoucher. Une femme SENT exactement où en est son bébé et quelle position adopter pour l’aider dans sa progression jusqu’à la sortie de son ventre. Une femme PEUT gérer les vagues de contractions si elle est accompagnée et préparée à cela et si elle comprend l’utilité et les enjeux de ces montagnes russes. Cela fait trop longtemps qu’est retiré à la femme son sentiment de puissance et de confiance lors de l’accouchement. La péridurale, si elle est nécessaire pour certaines femmes, ne les  dépossède pas moins de leur instinct de poussée naturelle et de leurs sensations. Il est quand même désolant qu’on en arrive à ce que ce soit la sage-femme qui dise à la parturiante quand pousser, comment et combien de temps. Il y a de l’infantilisation et de la dépossession de soi dans cette conception de l’accouchement que je refusais catégoriquement de vivre. Ce moment, j’avais décidé mordicus que ce serait NOTRE MOMENT À NOUS 3 et que rien ni personne ne nous en priverait. Nous avons eu l’immense chance de pouvoir concrétiser cette volonté car nous habitions à proximité de cette maison de naissance mais quid de tous ces autres couples qui sont trop loin d’une structure comme celle-ci parce que la France et son corps médical, pour des raisons qui m’échappent, refusent, depuis des années, d’accepter ces structures ? Il serait pourtant bénéfique pour tout le monde que ces établissements voient le jour de manière complètement légale et se multiplient.

D’abord, ces accouchements physiologiques génèrent un coup bien moindre qu’un accouchement classique en maternité.

« Présidente du Conseil de l’ordre des sage-femmes, Marie-Josée Keller rappelle que « le coût d’un accouchement en maison de naissance a été évalué à 600 euros (coût de la structure et des honoraires de la sage-femme) contre 1.200 euros pour des hospitalisations de très courte durée »

Ils libèreraient des lits qui seraient plus utiles à des mamans qui ont eu un accouchement avec complications et nécessitent un suivi adéquat et long.

Ils apporteraient aux sages-femmes la reconnaissance qui doit leur revenir depuis fort longtemps ! Ce sont elles qui effectuent la plupart des accouchements de A à Z mais dans l’esprit des gens, c’est l’obstétricien (souvent masculin) qui accouche les femmes. Il serait temps que chacun retrouve le rôle qui est le sien et la reconnaissance inhérente à ce rôle.

Enfin, dans un pays soit disant développé et riche (économiquement parlant), il serait souhaitable d’offrir une vraie liberté de choix, liberté qui est quasiment nulle aujourd’hui. Ne pas offrir aux couples le souhaitant cet accès aux maisons de naissance, tout comme ne pas fournir d’informations à large échelle sur les maisons de naissance (ce qui évacue une part non négligeable de couples potentiellement intéressés par cette offre) est un manquement grave à ce principe de liberté inscrit dans notre Constitution ! J’attends donc avec espoir les conclusions de l’expérimentation qui débute cette année.

Le regard des autres

Uncle SamLes mentalités ont évolué, je pense, en 9 ans. Du moins, j’ose l’espérer ! Mais il serait hypocrite de ne pas mentionner une autre barrière qui pourrait dissuader des couples de se lancer dans cette autre façon de mettre leur enfant au monde: le regard de l’entourage. Jamais je n’oublierai les regards, les pensées bien mal dissimulées lorsqu’on a évoqué notre projet de suivi de grossesse et d’accouchement (en plus, à l’époque, nous avions considéré les 2 options: maison de naissance ou accouchement à domicile). J’ai eu l’impression d’avoir prononcé un gros mot ! 😉 Heureusement, mon mari qui passe pour plus raisonnable et cartésien que moi a su rassurer tout ce beau monde alors que moi, euh….., moi……sur des sujets qui me tiennent à coeur, j’ai tendance à ne pas verser dans le politiquement correct et la diplomatie. 🙂 Ce qui me fait sourire maintenant, m’a révoltée et attristée, à l’époque. Heureusement, mon intuition et ma détermination m’ont permis de rester sur le chemin que je savais profondément être le nôtre. Et mon mari a été un soutien infaillible de chaque instant. Mais je pense à ces couples qui n’ont pas forcément la même confiance et la même résistance face à leur entourage. Que de gâchis le regard des autres et leurs propres peurs (qu’ils essaient de transférer sur vous) peuvent engendrer !

Donc, si j’avais un souhait ce serait celui-ci: que chacun respecte le choix de vie de ses proches. Que chacun témoigne de l’empathie plutôt que de la méfiance. Que chacun s’ouvre à l’autre et à l’inconnu. On ne sait jamais, des fois que cela ouvrirait des portes intéressantes et bénéfiques. 😉

Une expérience merveilleuse, extraordinaire, inoubliable !

sybil-aubinLa meilleure réponse qui a mis fin aux réticences de l’entourage furent mes 2 grossesses idylliques et mes 2 accouchements magnifiques. Ces 2 parenthèses de notre vie sont des pierres angulaires dans la structure de notre relation de couple et de parents. Nous avons vécu quelque-chose de très, très fort tous les 2 dans l’accompagnement de la mise au monde de nos deux enfants. On n’entend pas assez de récits positifs et dithyrambiques autour de l’accouchement comme s’il faudrait s’excuser d’avoir vécu un moment incroyablement fort et beau. Alors si vous avez envie d’une bonne dose de positif quant à ce sujet, le récit de ces beaux moments se trouve ici et ici.

Pour plus d’informations sur le sujet:

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s