Les livres de la grossesse pour toute la famille !

Willow tree booksLes livres ont fait très tôt partie de mon univers. Il était donc évident que ceux traitant de la grossesse viennent grossir les étagères de ma bibliothèque lorsque s’est profilé le projet de concevoir un bébé. Dans cette sélection, vous trouverez des livres dont la lecture est préférable avant de concevoir ce bébé, d’autres qui seront des compagnons précieux, une fois le processus engagé et d’autres, plus appropriés, à partir de la naissance. Mais tous m’ont profondément marquée et ont orienté ma vision et mes choix quant à la grossesse, l’accouchement et la naissance. La clé pour s’imprégner de la plupart de ces livres, c’est de les lire et surtout de les relire (il y a toujours des passages qui gagnent en pertinence lorsqu’ils sont lus à un autre moment du processus, ou des phrases que l’on a besoin de relire encore et encore, tels des talismans) !

 

 

 

Au monde - Chantal Birman Au monde, Ce qu’accoucher veut dire. Une sage-femme raconte…, Chantal Birman

Débuter cette rubrique par un livre écrit par une sage-femme me semblait évident car c’est elle qui nous accompagne dans cette aventure. Même si le gynécologue et l’obstétricien semblent occuper le devant de la scène lorsqu’on parle grossesse et accouchement, c’est la SAGE-FEMME qui aide la femme enceinte à jouer le rôle principal.  Au monde est, à ce titre, un excellent ouvrage pour mieux entrer dans l’univers de cette profession et faire connaissance avec cette figure référente. La 4ème de couverture est un bon résumé de ce que vous y trouverez:

« Sage-femme depuis plus de trente ans, Chantal Birman revient sur le sens de son métier, sa présence auprès des femmes qui s’apprêtent à devenir mère et relate des histoires bouleversantes. Elle se livre également à une réflexion sur la médecine qui a révolutionné les conditions de la naissance: les femmes ne meurent presque plus en couches, la mortalité infantile a chuté, la contraception et l’IVG se sont imposées. Mais si la médicalisation a réellement produit des merveilles, elle a aussi engendré des effets plus discutables que l’auteur interroge et parfois dénonce. Qu’adviendra-t-il en effet d’une société qui fait de l’accouchement un acte médical parmi d’autres en lui enlevant sa dimension symbolique et initiatique ?

[…] Qu’une femme ait accouché une ou plusieurs fois dans sa vie, jamais elle n’oubliera ces heures-là. Pourquoi ? Parce qu’accoucher, c’est aller à un rendez-vous avec soi-même : son histoire familiale, sa mère, son corps, sa sexualité, son avenir. Un rendez-vous qui change profondément la vie de chacune. Car une femme qui accouche pousse la vie devant elle, « s’efface » derrière son enfant et comprend que donner la vie, c’est accepter de mourir un peu. « 

Voilà un livre qui fait de la grossesse et de l’accouchement des événements sacrés qui relèvent de la plus haute importance. En effet, ce n’est pas parce qu’ils font partie des événements naturels du cycle de la vie qu’ils doivent être banalisés et donc minorés. Dans cet ouvrage, j’ai trouvé un écho à ce que je ressentais, ce que je vivais, en portant mes enfants.

C’est le chapitre sur la préparation à l’accouchement qui m’a le plus touchée et qui m’a fait le plus avancer dans mon projet de grossesse. C’est aussi un chapitre à lire et à relire, en fin de grossesse.

« […] se préparer à l’accouchement, c’est aborder les événements réels, et crus, que l’on va rencontrer à ce moment-là. Dans le troisième trimestre, les femmes « entrent en préparation » et apprivoisent par le langage et les exercices physiques ce futur immédiat où elles vont advenir mères. »

Personnellement, la question de la douleur liée aux contractions m’a particulièrement intéressée et m’a permis d’apprivoiser « virtuellement » ce champ encore inconnu. Étant très réticente à la péridurale, j’ai trouvé, dans ce chapitre, un traitement de la douleur empreint de vérité, de « violence », mais aussi de poésie (de par les comparaisons employées et sa retranscription en mots). Cette façon de décrire la douleur et surtout de l’accompagner afin de la surmonter correspondait à cette volonté profonde d’être pleinement actrice de mon accouchement. Je cède la place aux mots si justes de Chantal Birman pour vous donner une idée de ce qui se joue le jour de cet évènement en termes de douleur, de dépassement de soi, de vie et de mort.

« Pour accoucher, il doit y avoir rupture (de la poche des eaux), effacement (du col) et expulsion. Mais de quelle rupture, de quel effacement et de quelle expulsion parle-t-on ? Je comprends parfaitement que certaines femmes n’aient aucune envie d’entendre parler de tout cela. Trop de choses sont en jeu. Aujourd’hui, la péridurale leur permet d’éviter cette confrontation, douloureuse et violente, à elles-mêmes. Et c’est tant mieux. En effet, loin de moi l’idée que la maternité a besoin de cette souffrance, qu’elle ne va pas sans elle. Ce n’est pas tant la souffrance qui m’intéresse que ce dont elle est le signe, ce processus de la mise au monde qui doit être reconnu et accompagné. Il n’empêche que c’est exactement cela – une confrontation avec elles-mêmes et la mort -, qu’elles le sentent ou non, qu’elles l’acceptent ou non, qu’elles vivront au moment de l’accouchement. »

 

« L’accouchement est une occasion unique de prendre ses marques avec l’histoire, son histoire. C’est le temps de la mesure, une possibilité d’évaluer la vie à l’état cru. La plupart des femmes arrivées en début de dilatation, où le sauvage, l’animal, l’archaïsme émergent à l’horizon, comprennent dès les premières douleurs qu’elles sont dans une situation inéluctable et demandent la péridurale. D’autres acceptent la lame de fond qui les entraîne dans les abîmes de leur âme. Elles sont alors emportées au loin et commencent à lâcher prise. Puis, vers six ou sept centimètres de dilatation, petit bouchon sur un océan en furie, elles savent qu’elles sont allées au-delà de ce qui était possible, au-delà de ce que leur imagination leur avait permis d’apercevoir. Elles ne peuvent tout simplement plus. Et ça n’est pas fini….Alors elles nous appellent et nous expliquent, comme Hélène, cet au-delà du possible…qu’elles vont mourir. […] alors je les aide dans cette fin d’effacement du col utérin, cet effacement de soi. Je les aide à accepter cette « mort ». C’est à présent qu’il faut passer derrière, accepter que la nouvelle génération prenne pour toujours cette position devant elles. »

Le récit de l’accouchement d’Hélène m’a permis de penser la douleur de l’accouchement et d’enclencher un processus de réflexion à ce sujet. Ce qui m’a amenée à la conclusion que je devais me préparer à cet événement telle une marathonienne se préparant à courir 42,195 km !

 » Je sens que tu es en train d’accepter l’essentiel. Tu es au bout du bout de tes forces, mais là, à cette extrémité-là, tu es en train de lâcher la position de vie dans laquelle, jusqu’à présent, tu te trouvais. L’envie de pousser signale l’effacement total de soi et l’ouverture maximum du corps. une nouvelle énergie, venue de la sensation de la poussée, confirme que oui, c’était possible de compter sur autre chose que soi-même. Alors que les femmes en fin de dilatation ont réellement donné toute leur énergie, je suis toujours stupéfaite de constater l’arrivée d’une nouvelle vague qui les transporte avec une force inouïe. Celle-ci vient du bébé.

Car c’est à ce moment que ton bébé intervient. Prêt à occuper la place que tu viens de lui céder, ton bébé, par l’appui de sa tête, entraîne ce désir irrésistible de pousser. Je te fais essayer différentes positions et nous trouvons ensemble celle qui te convient le mieux. Enfin, nous essayons quelques respirations adaptées à cette phase et tu adoptes celle qui te semble la plus naturelle. Et dans un dernier effort, ton bébé, vigoureux, arrive ! Et du même coup, tu reviens à la vie. Tu ne connais pas encore le continent sur lequel ton corps, épuisé, vient d’échouer. Tu sais juste que l’épreuve est franchie et que c’est là désormais qu’est ta maison.

Le sens de ce que tu viens de vivre, personne n’en parle. Cela n’est pas enseigné aux sages-femmes ni expliqué aux femmes. Je ne l’ai moi-même compris qu’après une longue pratique. »

L’empathie, l’énergie et l’émotion présentes dans ces passages traversent tout le livre. Une véritable source d’inspiration!

Le livre qui suit est une invitation au voyage ayant pour thème l’accouchement et la naissance à travers différentes cultures et différents pays du monde.

 

muriel bonnet del valleLa naissance, un voyage……l’accouchement à travers les peuples , Muriel Bonnet del Valle

« Ce livre désobéit brillamment aux règles du genre. C’est un roman, c’est un reportage photographique, c’est un témoignage, c’est une étude anthropologique…

Muriel Bonnet del Valle, à travers le personnage de Marthe, enquête, rencontre et interroge. Parcourant le monde, elle nous mène en Afrique, en Inde, au Brésil, au Mexique… Car elle cherche à comprendre : comment accouchent les femmes du monde non-occidental ? Quels sont leurs rituels? Comment, loin des salles de naissance aseptisées, donnent-elles la vie ? Nous découvrons un fil commun : la science des sages-femmes, leur solide connaissance des processus physiologiques de la naissance, un savoir étonnamment ignoré par l’obstétrique occidentale.

Ce livre, qui parle de la naissance à travers le monde, retrace aussi le parcours d’une femme qui naît à elle-même. De jeune fille maintenue dans l’ignorance des choses de la vie, elle devient femme mûre et forte d’un savoir hors du temps. C’est un voyage initiatique émouvant, écrit d’une main puissante par une auteure charismatique. »

J’ai adoré ce livre qui se lit comme un roman et qui m’a sortie de ma vision autocentrée de la grossesse et de l’accouchement. Ici, l’auteure nous propose de regarder ce qui se passe dans d’autres cultures, sur d’autres continents. Certaines pratiques peuvent choquer, poser question, ou encore ouvrir la voie à un cheminement. En tout cas, elles ont l’immense mérite de provoquer des interrogations qui mènent à une réflexion plus large sur ces deux périodes que sont la grossesse et l’accouchement. A partir de ce livre, mon mari et moi avons adopté un point de vue plus large et plus ouvert sur ce que nous souhaitions vivre, en tant que couple-parents, et faire vivre à notre bébé. Commença alors le long parcours des recherches menant petit à petit à la préparation à un accouchement et à une naissance respectés…Ce livre offert par l’une de mes amies fut une véritable rencontre tout comme le fut Message d’une sage-femme…d’Arianne Seccia-Boulanger et dont je vous donne un aperçu ci-dessous!

arianne seccia boulangerMessage d’une sage-femme … pour une naissance libre, les peurs de la grossesse et de l’accouchement, Ariane Seccia-Boulanger

Message d’une sage femme est un compagnon de route précieux pour les futures mères. Il fait partie de ces livres qu’on lit et qu’on relit, à différents moments, comme pour mieux cheminer, s’imprégner de tout son sens. Si, en plus, vous trouvez une sage-femme libérale qui a suivi une formation avec l’auteure de ce livre, vous voilà en bonne voie pour un accouchement serein !

Je vous livre la 4ème de couverture qui vous donnera une bonne idée de ce que vous pourrez trouver dans cet ouvrage.

« Même si elles ne le conscientisent pas toujours vraiment, de très nombreuses futures mères portent en elles de lourdes peurs et parfois même une grande souffrance.

Peur de la douleur, de ne pas y arriver, de ne pas être une bonne mère, peur de l’enfant anormal, du pouvoir médical, de la césarienne, de perdre son espace…

Le travail sur les peurs est fondamental. L’enjeu est majeur car les stress les plus violents peuvent prendre vie dans le corps. Ils ont la faculté de se matérialiser sous forme d’affections ou de barrages codés, induisant des complications pendant la grossesse et des accouchements longs et difficiles. Ils peuvent aussi se transmettre à l’enfant et orienter sa vie vers un mode de fonctionnement non-libéré.

Et pourtant…il y a là en réalité, une occasion inespérée pour chacune de travailler à sa propre reconnaissance, de s’ouvrir à sa capacité de femme, de mère, mais aussi d’œuvrer pour l’avenir de l’enfant.

Ce livre propose de puissants outils qui insufflent le pouvoir de se libérer, de réussir son accouchement et surtout de mettre au monde des enfants sereins. »

Et après cet ouvrage peu connu (mais qui mérite de l’être!), voici un classique de la littérature ayant trait à la naissance respectée!

pour-une-naissance-sans-violence-151870-250-400Pour une naissance sans violence, Frédérick Leboyer

Ce livre de Frédérick Leboyer fut novateur lors de sa parution, en 1974, et a fait pas mal de remous. Yvonne Fitzgerald, qui préface le livre, écrit à son propos :

« Reçu avec enthousiasme par les mères du monde entier […] mais déchaînant les pires hurlements de fureur (de jalousie !) dans tous les milieux médicaux. »

Frédérick Leboyer est ancien interne des Hôpitaux de Paris et fut Chef de clinique à la Faculté de médecine de Paris. Dans ce livre, il s’interroge sur ce que peuvent ressentir les bébés lors de la naissance.

« Quand les enfants viennent au monde ils hurlent au lieu de respirer.
Dans ces cris de nouveau-nés qu’y a t-il ?
Se pourrait-il que naître soit douloureux pour l’enfant autant qu’accoucher l’était, jadis, pour la mère ?
Cette souffrance qu’est, pour le bébé, la naissance, qui s’en soucie ?
Ne peut-on la lui éviter ? »

A partir de ces interrogations, Leboyer reprend chaque étape de ce processus qu’est la naissance et essaie d’analyser ce qui se passe réellement, du côté du bébé. La juxtaposition de son propos et de photos de nouveaux-nés est particulièrement éclairante et pertinente. Voilà un livre à mettre entre les mains de tous les futurs parents pour prendre conscience de ce qui se joue au moment de l’accouchement, pour la mère, mais aussi au moment de la naissance, pour le bébé.

Il aura fallu attendre 40 ans pour qu’un nombre important des propositions de Leboyer soient pratiquées par ces mêmes milieux médicaux, si réfractaires à l’époque, à savoir : le peau à peau sur le ventre de la maman à la sortie du bébé, attendre que le cordon ombilical ne batte plus avant de le clamper, mettre un linge sur la balance pour diminuer le contraste de température entre le plateau et la peau du nouveau-né, ne plus suspendre par les pieds le nouveau-né pour le faire crier (ce qui était perçu comme un signe de bonne santé !!!) etc…
Mais on en est toujours au même point concernant l’usage de la lumière, le bruit, le non-respect de l’intimité et du sacré de cet événement en salle de naissance (le va-et-vient du personnel médical est une aberration, lorsque tout se passe bien!), pour ne citer que ces quelques points majeurs…
Et parce qu’une image vaut mieux que tous les discours, en voici une qui vous amènera à un début de réflexion concernant une autre façon d’envisager la naissance……sans violence.

 

0301naissance - frédérick Leboyer

Un même air de bonheur, d’étonnement éclaire les visages.

Tout le monde rayonne de contentement.

Tout le monde

sauf l’enfant.

L’enfant,

quel enfant?

(suite de la citation dans l’article détaillé, consacré à ce livre.)

Place maintenant à deux livres qui se rapprochent plus du format du livre de puériculture mais renouvelé!

Le-guide-de-la-naissance-naturelle- Ina May GaskinLe guide de la naissance naturelle, retrouver le pouvoir de son corps, Ina May Gaskin

Ce livre est une véritable préparation à l’accouchement ! Le sous-titre est d’une importance capitale. Ina May Gaskin, la sage-femme la plus célèbre du monde (prix Nobel alternatif, 2011 ; docteur honoris causa de la faculté de médecine de Thames Valley – Londres, en 2009), nous donne à lire des récits d’accouchements au souvenir rayonnant (1ère partie) ! Car, oui, ils existent, ces accouchements que l’on voudrait taire au regard de tous ces accouchements sans complication particulière mais qui ne laissent pas de souvenir réjouissant ! Ces récits d’accouchements tellement emplis de positif donnent confiance et courage. Ils permettent de faire un premier pas vers la conquête du pouvoir de son corps. La 2ème partie traite des différentes étapes de l’accouchement. Elle est particulièrement importante car elle va permettre à la future mère d’intégrer ces différentes étapes, de les reconnaître le jour J et de les gérer.

 

Attendre bébé autrementAttendre bébé…autrement, Catherine Piraud-Rouet et Emmanuelle Sampers-Gendre.

Un livre à la présentation plus attrayante que celle du livre d’Ina May Gaskin et qui me semble complet et très ouvert sur la grossesse et l’accouchement. A signaler (fait rare) qu’on trouvera son prolongement dans un autre livre traitant de la suite, à savoir, la parentalité (Élever son enfant autrement). Une vraie mine d’or pour tous les parents soucieux de vivre pleinement cette période sur le mode de la préparation à un changement de vie et qui souhaitent devenir pleinement acteurs de cette nouvelle aventure qui commence. Ce livre aide le couple dans son processus de maturation l’amenant à devenir parents. Il est un outil qui sert de base à une réflexion active et non un concentré de recettes pré-pensées pour parents passifs et consommateurs d’infos vite ingurgitées. Bref, un livre de puériculture intelligent et bien documenté !

Enfin, je termine cette petite sélection destinée aux futurs parents par un petit livre de poche qui a plu tout autant à mon compagnon qu’à moi-même:

Bébé dis-moi qui tu esBébé, dis-moi qui tu es, Docteur Philippe Grandsenne.

Ce livre est écrit par un pédiatre et se présente pourtant comme un « petit traité d’antipuériculture pour mieux comprendre son nouveau-né ». Cette petite note accompagnant le titre annonçait une lecture différente de tous ces manuels qui encombrent les rayonnages consacrés au sujet que ce soit à la bibliothèque ou dans les librairies. Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité et me jeter dans la lecture de cet ouvrage !

Grandsenne résume ce qu’il a souhaité offrir aux parents:

Ce livre n’a qu’une ambition, celle de vous aider à comprendre votre bébé, tel qu’il est. Cela vous permettra de lui laisser vivre sa vie et vous autorisera à vivre la vôtre en étant les uns et les autres le plus heureux possible.

Ici, il est question d’une période particulière de la vie du bébé: ses 100 premiers jours. Une période décrite par ce pédiatre comme étant la première adolescence de l’enfant. Autant dire que le tableau est brossé: ces 100 premiers jours ne vont pas être faciles! Et ce livre est là pour nous éclairer sur ce qui se passe durant cette période. De quoi nous permettre de nous préparer, d’anticiper et de prendre un peu de recul.

Le découpage en 5 parties permet d’aborder à peu près tous les sujets importants de ces 100 premiers jours (A la maternité; 100 jours pour faire un bébé; Big bang baby; Façons de parler; Conseils pratiques).

J’ai aimé ce livre car il est très rassurant quant à tout ce qui inquiète la plupart des parents face à ce nourrisson qui semble si fragile (son poids, le risque de jaunisse, les infections, la conjonctivite, le muguet, etc…). Il ouvre aussi la porte à l’expression de la fatigue et du désarroi, deux états qui caractérisent nombre de parents, même si, en parallèle, ils éprouvent également un bonheur immense au contact de leur bébé.

« Combien de couples ai-je reçus, venant me montrer ce bébé si cher pour sa première consultation! Ils affichent le plus souvent un large sourire – après tout, n’est-ce pas ce que l’on attend d’eux? Si je me contentais de demander: « Tout va bien, n’est-ce pas? » j’obtiendrais le « oui » de rigueur, mais je ne saurais rien de ce qu’ils vivent. […] Bien souvent, tout n’est pas rose et bleu. Le bébé a l’air d’aller très bien, mais les parents, eux!…

Si on commence par quelque chose comme « Alors, pas trop dur? », qui admet que ça peut l’être, le sourire se lézarde et les vraies questions apparaissent. S’expriment les angoisses, les inquiétudes et ces difficultés qu’aucun des parents n’attendait. »

Les nombreuses pointes d’humeur et le souci de tordre le coup à bon nombre d’idées reçues m’ont aussi beaucoup plu.

Voici donc, pour la pointe d’humour, concernant le poids de bébé, à la naissance:

 » On est tellement obsédé par le poids d’un nouveau-né qu’on le mentionne comme un titre de gloire sur le faire-part de sa naissance ! J’imagine la tête de vos amis s’ils avaient reçu un faire-part avec quelque chose comme : « Antoine (1,75 m, 71 kg) et Isabelle (1,62 m, 51 kg) se marient » ! « 

Et voici, pour les préjugés, pour les vérités que les scientifiques revendiquent et tiennent pour acquises…jusqu’à ce que…:

« Depuis deux ou trois décennies, depuis qu’on a bien voulu admettre, en particulier grâce à Françoise Dolto, que le bébé était une personne, de nouvelles pistes et de nouvelles modalités d’examen ont confirmé cette évidence de façon indéniable. Auparavant, on ne l’examinait que comme une bestiole. Amiel-Tison, Brazelton et Grenier, entre autres, ont observé les bébés autrement. Examens neurologiques à l’appui, les pédiatres se sont mis à considérer le bébé comme un véritable  humain.

Ainsi, après que des générations de médecins ont traité de folles des générations de mères qui leur affirmaient que leurs bébés voyaient dès la naissance, il est maintenant avéré que le nouveau-né voit. »

Et comme les grands frères et les grandes sœurs ont aussi droit à leurs livres, voici, pour eux, une sélection dans laquelle piocher au gré de ce qu’ils sont et de ce qu’ils traversent durant la période de la grossesse, de la naissance et de l’après…

Les livres qui parlent de la grossesse et de la naissance aux autres enfants de la fratrie !

enfant lisantMon aîné a beaucoup aimé Attendre un petit frère ou une petite soeur de Catherine Dolto, Devenir frère ou soeur d’Elisabeth Brami et Philippe Bertrand (ce livre est malheureusement épuisé mais si vous le trouvez dans un vide grenier, n’hésitez pas à l’acheter! La présentation en accordéon et le côté réversible est très ludique et attractif pour l’enfant.), Fille unique de Thomas Szabo et Hélène Giraud (un album de la fameuse série Mes histoires Minuscule qui aborde, via une famille de coccinelles, le thème de la peur de ne plus être aimé, d’être délaissé par ses parents avec l’arrivée d’un autre bébé et les conséquences que ces sentiments peuvent engendrer.) et Petit ours brun et le bébé de Danièle Bour.

Et pour plus de choix sur les livres pour enfants, vous pouvez consulter cette liste de l’excellent site Materalbum (ici) !

BONNE LECTURE !

L’article en résumé:

Pour la future maman, des livres en appui pour vivre pleinement sa grossesse et son accouchement.

Pour le futur papa, des livres pour cheminer en même temps que la future maman.

Pour les autres enfants de la fratrie, des livres pour se sentir partie prenante de ce bouleversement en marche, mais aussi pour être rassuré et avoir des repères.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s